19 décembre 2013

Temps de lecture : 2 min

Sublimer un univers ennuyant…

Sur le papier, l'activité portuaire n’est pas très fun comme sujet. Ce n’est pas l’opinion de The Barbarian Group qui met en scène, le transport intermodal dans une vidéo aux sonorités et aux images dignes des BD d’aventures.

Le transport intermodal, c’est un peu comme la ramette de papier… Il faut s’accrocher pour interpeller le consommateur sur le sujet. Ce que Buzzman a réussi à faire avec le papier Double A, c’est aussi, avec une autre tonalité, ce que l’agence Barbarian Group vient de réaliser pour General Electric

Pendant 2 minutes, on est littéralement capté par cette vidéo diffusée sur la Toile et déjà vue par plus de 52989 personnes. C’est comme si on était dans un jeu à la fois de Meccano et de Lego, animé par des robots et sillonné par des bateaux, des camions et des trains miniatures… Un monde, plein de suspens et d’aventures, imaginé par un enfant. Mais en fait, on est dans la vie réelle, celle du transport intermodal. Ce n’était pas gagné, tant le sujet n’est pas glamour!

Une réalisation « cool » comme sortie de la tête d’un enfant

Cependant, le pari a été relevé par The Barbarian Group qui a sorti de l’ombre ce secteur de pointe, trop banalisé et tellement méconnu du grand public, grâce à un film où tout des images à la lumière en passant par le rythme, donnent l’impression de feuilleter une BD, tout en racontant l’humain, les tâches, les circuits, les infrastructures et les enjeux d’un terminal (*). Et ce sentiment d’être happé par un univers fantastique est d’autant plus fort que la bande son a été confiée à Reuben WU. Ce photographe et musicien britannique, membre du groupe électro pop Ladytron, a en effet, restitué les bruits et les rythmes des machines ou des engins utilisés par le terminal, dans une partition très rock. Un travail qui lui a demandé plusieurs centaines d’heures de recherche, d’échantillonnages de mouvements intermodaux, de tournages de transferts entre véhicules ou de composition personnelle.

Mieux se faire connaitre pour faire écho aux enjeux économiques et environnementaux

Derrière cette initiative, GE Transportation et Industrial Internet (newsletter digitale) ont décidé de mettre en lumière CSX Transportation, un réseau férroviaire américain, déjà capable d’acheminer plus de 2 millions de containers à travers 2000 itinéraires, chaque année.

Une voie royale, et généralement, plébiscitée par beaucoup de logisticiens. Car en simplifiant les échanges entre les différents modes de transport via des containers standardisés à forte capacité et qui peuvent-être chargés indifféremment sur un bateau, un camion ou un train, l’intermodal est source d’optimisation des horaires et des coûts, évite une usure des infrastructures, est innovant donc facteur de création d’emplois… et, et, et « last but not the least », il contribue à une meilleure performance environnementale en limitant les émissions de CO2 ou une trop grande consommation de carburant (**).

Plutôt concret comme programme à l’ère des Grenelle et autres conférences internationales sur l’environnement si stériles! Alors, maintenant qui va encore oser dire qu’il en à cure d’ignorer comment son lave vaisselle dernier cri, son orange juteuse ou son jean préféré, produits à l’autre bout du monde, arrivent jusque chez lui ?

Florence Berthier
(*) du nord ouest de l’Ohio où 50 millions de tonnes de fret sont traités, chaque jour, via un réseau ferroviaire de 21000 miles.
(**) GE estime sa réduction de carburant à 32000 gallons et des économies budgétaires pouvant aller de 10 à 40 %.

La rédaction

Allez plus loin avec Influencia

the good newsletter

LES FORMATIONS INFLUENCIA

les abonnements Influencia