9 juin 2009

Temps de lecture : 2 min

Story Storytelling

Variation pop autour d'un thème.... Chaque semaine, Thomas Jamet déniche dans la culture contemporaine tout ce qui résonne avec l'époque... " Samedi 6 juin. Je regarde à la télévision la retransmission en direct des cérémonies commémorant le D-Day en Normandie. L'un des commentateurs, l'historien Max Gallo..."

Variation pop autour d’un thème…. Chaque semaine, Thomas Jamet déniche dans la culture contemporaine tout ce qui résonne avec l’époque… « Samedi 6 juin. Je regarde à la télévision la retransmission en direct des cérémonies commémorant le D-Day en Normandie. L’un des commentateurs, l’historien Max Gallo…

… fait très justement remarquer que cette célébration annuelle va bientôt devenir une invocation plus qu’un rendez-vous. Et ce, sous l’effet de deux facteurs : le nombre d’anciens combattants décroissant année après année, et le fait que cette commémoration marque le passage de flambeau à une autre génération de dirigeants, qui n’étaient pas nés le jour du débarquement. C’est, selon Gallo, le moment où tout bascule, où l’événement devient histoire avec un grand H.
C’est sans doute aussi le moment où les représentations culturelles et populaires des grandes guerres du XXème siècle vont pouvoir s’échapper, s’évader du carcan de la mémoire pour investiguer des territoires scénaristiques vierges.
Des films sur le débarquement, il y en eut beaucoup. On pense spontanément à « Il faut sauver le soldat Ryan » (1998) et au « Jour le plus long » (1962), mais il y en eut aussi des dizaines d’autres sur la Seconde Guerre Mondiale en général, de « La Grande Vadrouille » (1966) à « La Chute » (2004), ou plus récemment « Walkyrie » avec Tom Cruise début 2009. Tous ces films traitaient du même sujet, parfois sous un angle comique, ou tragique, mais bel et bien réaliste.Peut-être que le point de bascule va là également être atteint et que la guerre pourra être traitée avec plus de légèreté ou en tous cas plus d’approche fictionnelle. C’est justement le moment où un réalisateur très connu va apporter sa pierre à l’édifice. Et quelle pierre quand on sait qu’il s’agit de Quentin Tarantino, connu pour son penchant pour les jurons, les dialogues très crus et les excès d’hémoglobine.
« The inglorious Bastards » sortira cet été, et va créer l’événement. Préparé dans le plus grand succès depuis plusieurs années, ce film du réalisateur de « Kill Bill » et « Reservoir Dogs » illustre les péripéties d’un commando d’extermination de nazis, avec l’humour décalé que l’on imagine, et l’esprit série Z cher à son auteur. Voilà qui va trancher avec le côté convenu des précédentes productions. C’est peut-être le moment où les films sur la Seconde Guerre Mondiale vont réellement prendre une autre dimension.  Quand l’histoire devient Histoire, il ne s’agit plus de mémoire, mais de storytelling.

Thomas Jamet est directeur général adjoint de Reload, structure de planning stratégique, d’études et d’expertise de Vivaki (Publicis). thomas.jamet@reload-pgm.com www.reload-pgm.com

 

La rédaction

À lire aussi sur le même thème

Allez plus loin avec Influencia

the good newsletter

LES FORMATIONS INFLUENCIA

les abonnements Influencia