19 juin 2019

Temps de lecture : 1 min

No sport ?

Il y a ceux qui ne jurent que par lui et en font un véritable Dieu qu’ils vénèrent plusieurs fois par jour, ceux qui le pratiquent plus calmement - un petit jogging par ci par là, quelques séances en salle – ceux qui ne le pratiquent pas mais aiment le regarder dans les stades ou à la télé et puis il y a les autres -plus rares - qui le rejettent carrément, imitant Sir Winston Churchill, qui n’avait pas peur d’affirmer que le secret de sa longévité était « le cigare, le whisky » et surtout pas le sport…

Il y a ceux qui ne jurent que par lui et en font un véritable Dieu qu’ils vénèrent plusieurs fois par jour, ceux qui le pratiquent plus calmement – un petit jogging par ci par là, quelques séances en salle – ceux qui ne le pratiquent pas mais aiment le regarder dans les stades ou à la télé et puis il y a les autres -plus rares – qui le rejettent carrément, imitant Sir Winston Churchill, qui n’avait pas peur d’affirmer que le secret de sa longévité était « le cigare, le whisky » et surtout pas le sport…

Les valeurs du sport ont toujours fasciné l’homme, que ce soit pour dépasser ses limites ou transmettre le goût de l’effort. « Le sport va chercher la peur pour la dominer, la fatigue pour en triompher, la difficulté pour la vaincre », affirmait Pierre de Coubertin. A l’heure où beaucoup d’éléments échappent à notre contrôle et deviennent parfois anxiogènes, le sport est devenu une valeur refuge, une manière d’agir sur soi et un plaisir à la fois individuel et collectif « Une immense éprouvette de la société », nous dit la philosophe Isabelle Quéval.

La Coupe du monde féminine de football cette année, les Jeux Olympiques en 2020, la Coupe du monde de Rugby en 2023 et enfin en 2024, le Graal : les Jeux Olympiques en France… Autant de perspectives qui vont une fois de plus entraîner avec elles toute la société : politiques, villes, entreprises, marques et médias investissent de plus en plus le sport. C’est cette créativité que nous avons voulu décrypter dans la revue Influencia  N° 29.

Bonne lecture.

La rédaction

À lire aussi sur le même thème

Allez plus loin avec Influencia

the good newsletter

LES FORMATIONS INFLUENCIA

les abonnements Influencia