11 avril 2012

Temps de lecture : 2 min

Le sport, une activité machiste…

Si les femmes s’accordent à dire que la parité a évolué dans le sport, il reste hélas beaucoup trop de nombreuses disparités, révèle l’enquête européenne sur les femmes et le sport d’aufeminin.com.

Jeux Olympiques de Londres et Euro de football: l’été s’annonce très chargé en retransmissions sportives. La gent féminine sera-t-elle pour autant sur la touche pendant 3 mois? Pas si sûr, quand on regarde les résultats de l’enquête européenne[1] d’aufeminin.com, réalisée en partenariat avec le Club Med, sur les femmes et le sport. Une relation que Thierry Terret, historien spécialiste du sport, a décryptée pour le site.

Le sport fait partie du quotidien des Françaises

Bonne nouvelle : 84% de nos compatriotes pratiquent un sport de manière très régulière, 65% de façon hebdomadaire et 10% quotidiennement. Pour elles, l’activité physique est synonyme de loisir (85%), minceur (89%) et plaisir (81%).
A l’inverse, si les Européennes ne font pas de sport, c’est par manque de temps (70% en France, 72% en Espagne, 86% au Royaume Uni) ou de motivation (59% des sondées en France, 50% en Italie).

… mais en solo

La plupart des Européennes préfèrent pratiquer le sport en solitaire (89% des sondées en France et Espagne, 64% au Royaume Uni), privilégiant les sports individuels : la course à pied (17%), la gym (17%), la natation (14%), le vélo (13%) et la danse (10,5%).

Carton rouge pour les sports machos

Les Européennes s’accordent  pour dire que les femmes sont suffisamment présentes dans le monde sportif. Ce qui n’empêche pas certains sports de rester très « mecs »: 75% des répondantes en moyenne aimeraient voir plus d’athlètes féminines en Formule 1.  « La F1, et plus généralement le sport automobile, est une discipline saturée de connotations masculines: la technologie et la vitesse, analyseThierry Terret. L’absence des femmes y est choquante, voire intolérable. Le sport auto a de fait acquis un statut spécial dans le sport et ce n’est pas près de changer malheureusement ».

La boxe, l’engouement surpris

Et pourtant, une nouvelle tendance se dessine : de plus en plus de femmes en Europe pratiquent la boxe (1,3% des sondées en France mais 2% en Espagne et  Italie).

David Beckham fait l’unanimité

Parce que le sport, c’est aussi les sportifs, plus d’un tiers des Européennes ont élu David Beckham sportif le plus sexy. La deuxième position du podium varie d’un pays européen à l’autre : Camille Lacourt en France, Iker Casillas en Espagne, Cristiano Ronaldo en Italie et en Pologne, Jonny Wilkinson au Royaume Uni.

Pour la troisième position, presque toutes les Européennes sondées sont encore une fois d’accord et élisent Rafael Nadal.

Les résultats sportifs intéressent peu les femmes, sauf les grands évènements

Les corps musclés de ces athlètes ne suffisent pourtant pas à passionner les femmes : seulement 26% d’entre elles suivent régulièrement les résultats sportifs. Toutefois, lorsqu’il s’agit de grands évènements sportifs, comme les Jeux Olympiques ou la Coupe du monde du football, les Françaises se laissent entraîner : seulement  25% d’entre elles admettent ne pas les suivre. Les sports les plus suivis par les Françaises lors des JO sont les mêmes que ceux qu’elles pratiquent : les sports collectifs sont relégués aux profits de la gymnastique (20%) ainsi que de l’athlétisme (23%) et des sports aquatiques (19,5%).

  «Par ailleurs, précise Thierry Terret, elles regardent moins ces évènements pour les sports eux-mêmes mais plutôt pour les qualités esthétiques qu’ils impliquent, la dimension de spectacle (…) Contrairement aux hommes, le phénomène d’identification n’intervient pas chez les femmes lorsqu’elles regardent un sport.»

Raphaël Legrand

(1) Près de 4.500 internautes de France, Belgique, Italie, Allemagne, Espagne, Royaume-Uni, Pologne et Suisse ont répondu du 9 au 26 mars.

La rédaction

À lire aussi sur le même thème

Allez plus loin avec Influencia

the good newsletter

LES FORMATIONS INFLUENCIA

les abonnements Influencia