30 octobre 2011

Temps de lecture : 3 min

La Spectrophilie ou l’art de faire l’amour avec un fantôme…

Aujourd’hui c’est Halloween et INfluencia a décidé de vivre cette célébration de la frayeur de manière différente. Désormais plus la peine d’avoir peur des esprits et autres fantômes, alors que nous pouvons faire du "bunga-bunga" avec eux…

Qui ne se souvient de cette scène mythique où Dan Aykroyd dans Sos Fantômes rêve qu’il fait des coquineries avec un fantôme, qui tranquillement lui défait sa ceinture? Ou encore avec un peu plus de romantisme, des sensations éprouvés par Demi Moore dans Ghost quand Patrick Swayze l’entoure de ses bras? Certains se rappellent peut-être High Spirit ou l’actrice Daryl Hannah traverse le corps de son amoureux (voir vidéo ci-dessous). Et bien, toutes ces sensations érotiques entre un spectre et un humain ont un nom et c’est la Spectrophilie.

Ce rapport sexuel entre un esprit et un humain a pour but un coït forcé ou pas. Cette pratique ferait rêver un Fox Mulder en quête de sensations fortes et pourrait même faire fantasmer les fans de Casper…

Ce fantasme pour certains, et cette agression pour d’autres est aujourd’hui impossible à dater, même si les premiers écrits remontent au Moyen Age. En revanche, depuis une dizaine d’années les sites encore un peu mystiques et forums commencent à apparaitre sur le net. Et des témoignages sur le sujet parcourent le Web comme celui de Jill Cook qui en 1994 à Blackpool en Angleterre, a fait appel à des exorcistes, des psychologues et des missionnaires mormons pour l’aider à chasser l’esprit qui venait l’honorer sans sa permission… Un esprit qui enleva, lors de sa première visite, une serviette qu’elle avait autour de la tête, avant de satisfaire son appétit sexuel…

En 1980 dans le Lancashire en Grande Bretagne, c’était Mandy Russel qui révéla avoir été abusée 3 fois par un poltergeist, un esprit malin, avant d’être exorcisée.. Peut être s’agissait-il d’un Incubus, un démon issu du temps médiéval qui vient à nouveau hanter l’esprit de nos contemporain, ou tout simplement d’un simple fantôme qui bloqué entre deux monde occupe son temps -qu’il ne compte plus- à chatouiller des demoiselles respirant la vie.

Dans un autre registre, c’est Tirafalo Mokopi, un agent de sécurité au Botswana qui passa une nuit en 2010 avec une jeune fille rencontrée la veille et qui disparut de sa chambre dès qu’il alluma la lumière. Il aura, lui, connu un amour physique avec un esprit ou une succube qui s’envola comme par magie devant ses yeux… Il ne la revit plus jamais…

Trois ans plus tôt, en 2007, c’est un certain Michael.B dans l’Illinois aux Etats Unis qui a ressenti pendant plusieurs nuits des caresses et la sensation de se faire agripper par des mains comme si une femme voulait lui faire l’amour… Des propos bien évidemment jamais vérifiés et qui font désormais partie d’un folklore mystique inlassablement entretenu par les fans de l’occultisme en tout genre.

Certains en revanche désirent ardemment avoir ce type d’expérience avec un esprit qui saurait les faire monter vers l’au-delà dans une étreinte passionnée et mystique… Ces personnes en quête d’un rapport sexuel peu ordinaire sont appelé les spectrophiles. Ils ne désirent qu’une chose, être possédés dans tous les sens du terme, sans aucun risque d’attraper une MST…

Et après tout fantôme et fantasme n’ont-ils pas une origine commune ?

Les deux mots viennent du grec «phantasma» comme aussi fantaisie et fantasmagorie. Le fantôme est par définition, l’apparition surnaturelle d’une personne morte. Ce n’est donc pas un corps physique au sens propre du terme mais plus une illusion dont la frontière avec le fantasme est parfois infime.

Alors oui pour une fois, arrêtons d’avoir peur d’Halloween et essayons de voir les choses différemment. Une bonne partie de jambes en l’air avec un fantôme pourrait atténuer les peurs séculaires que nous invoquent les spectres. Autant voir en eux un compagnon de plaisir plutôt qu’un revenant dédié à flanquer la frousse aux premiers quidams faits de chair et de sang…

Allez pour 2012, finies la frayeur et la froideur mortelle d’Halloween, l’ambiance sera chaudement spectrophile! Que la fête d’Halloween soit avec vous et avec notre esprit…

Sylvain Bénémacher
Source: SignOff New York / edenfantasys.com

La rédaction

À lire aussi sur le même thème

Allez plus loin avec Influencia

the good newsletter

LES FORMATIONS INFLUENCIA

les abonnements Influencia