17 février 2016

Temps de lecture : 3 min

Le Solutionism fera de plus en plus d’adeptes

#MOMENTUM, #RESPONSIVE, #SOLUTIONISM : voilà les nouvelles tendances du commerce en 2016 pour l’Echangeur by BNP Paribas Personal Finance en exclusivité pour INfluencia.

#MOMENTUM, #RESPONSIVE, #SOLUTIONISM : voilà les nouvelles tendances du commerce en 2016 pour l’Echangeur by BNP Paribas Personal Finance en exclusivité pour INfluencia.

Chaque année, l’Echangeur by BNP Paribas Personal Finance, témoigne dans son tout nouveau rapport d’analyse Commerce Reloaded des avancées d’un commerce devenu ambiant. Le cru 2016 confirme les prévisions annoncées : un commerce « liquide » de tous les instants, le dépassement du shopping en faveur d’assistants de vie et l’entrée dans l’ère ATAWAD (AnyWhere, AnyTime, AnyDevice) avec la propagation de l’Internet of Things (IoT). Reste à inventer le futur en s’appuyant sur les jalons de l’année : #MOMENTUM, #RESPONSIVE, #SOLUTIONISM. Questions posées à Cécile Gauffriau, Guillaume Rio et Nicolas Diacono, respectivement directrice et experts en charge de la veille technologique de l’Echangeur.

INfluencia : vous évoquez l’émergence d’un autre rapport au temps grâce à la multiplication de services fournis par les Apps, que vous baptisez #MOMENTUM . Comment cette profusion de micro services va-t-elle s’inscrire dans le quotidien de chacun ?

Cécile Gauffriau, Guillaume Rio et Nicolas Diacono : les consommateurs d’aujourd’hui, a fortiori la génération Millennial, sont de plus en plus rompus à un zapping perpétuel de leurs activités. Le temps est de plus en plus fragmenté et offre des opportunités d’immixtion de service dans tous ses interstices. Si des milliers d’Apps fleurissent chaque jour, c’est bien parmi elles, les services de conciergeries digitales qui simplifient la vie en consolidant toute une manne de prestations. L’acronyme de start-up WunWun signifie ainsi tout simplement What You Need, When You Need. Reste que l’avenir des Apps peut être balayé par l’incrémentation de services dans les messageries, contribuant ainsi à l’avènement de ce fameux commerce liquide. Avec la sortie de Facebook M, la facilitation du quotidien n’aura plus besoin d’interface spécifique.

IN : votre analyse autour de l’Innovation Service Centric en octobre dernier, nous a montré de belles initiatives de la part des acteurs du retail . Comment celui-ci tire t-il son épingle du jeu face au développement de ces nouvelles interfaces ?

CG, GR et ND : les avancées du retail témoignent que nous n’en sommes plus aux tests sans lendemain mais à de véritables stratégies omnicanales valorisant leur rôle de tiers de confiance quel que soit le support. La consécration de Walgreens pour ses services de santé lors du dernier Retail’s Big Show en est l’incarnation. Déjà novateur en matière de fidélisation centrée sur la santé, l’enseigne a poussé le bouchon en proposant un médecin virtuel. Une belle réussite ! L’expérience client pourra élargir son spectre avec le développement du commerce augmenté. Ses leviers ? Une définition plus aboutie, la perméabilité croissante d’une génération Millennial née depuis les années 2000 avec une console de jeu dans la main, des usages concluants d’acteurs clefs de la distribution sur l’année passée. C’est ce que nous appelons la tendance #RESPONSIVE

IN : vous évoquez une redistribution des cartes autour d’écosystèmes addictifs porteurs de solutions pour le consommateur. Comment cette tendance #SOLUTIONISM va-t-elle évoluer ?

CG, GR et ND : les entrants de la nouvelle économie (AAFA, BAT, NATU …)* continuent à tisser leur toile, invitant industriels, enseignes et sociétés de service à développer des alliances et sortir du bois : L’Oréal, La Poste, Ford, Samsung, IBM ou LG ont marqué l’actualité. Avec la prolifération des IoT, la bataille se joue finalement autour du centre de commande de notre vie connectée. Amazon et Alibaba, ont ainsi développé des galaxies d’offres soumises à une intelligence artificielle de plus en plus puissante. Le Solutionism, cette religion matérialiste engendrée par une quête effrénée de simplification, fera de plus en plus d’adeptes. Elle posera néanmoins la question de la place de l’humain dans un monde de plus en plus automatisé. Une faille à exploiter pour des enseignes et des marques beaucoup plus en prise avec le monde réel.

(*) AAFA : Alphabet, Amazon, Facebook, Apple ; BAT: Baidu, Alibaba, Tencent ; NATU : Netflix, Aibnb, Tesla, Uber

Musnik Isabelle

À lire aussi sur le même thème

Allez plus loin avec Influencia

the good newsletter

LES FORMATIONS INFLUENCIA

les abonnements Influencia