2 juillet 2015

Temps de lecture : 1 min

Les soldes sont-elles mortes ?

Fièvre acheteuse, frénésie vestimentaire, mimétisme frappant avec un zombie devant un panneau -50 %... La période des soldes a le don de pousser la notion de consommation à son paroxysme. Pour combien de temps encore ?

Fièvre acheteuse, frénésie vestimentaire, mimétisme frappant avec un zombie devant un panneau -50 %… La période des soldes a le don de pousser la notion de consommation à son paroxysme. Pour combien de temps encore ?

Ca y est, nous y sommes, la période des soldes, les -50, -60 ou même -80% qui nous poussent en masse dans les magasins pour y dénicher les bonnes affaires : le graal du consommateur! Mais à l’heure d’internet, du mobile, de la mutiplication des ventes privées, les bonnes affaires qui sont en fait des soldes mais qui n’en portent pas le nom, sont disponibles toute l’année. Alors est ce que ces fameuses soldes sont  encore vraiment sources de bons plans pour nos portefeuilles.

Ces 6 semaines de rabais ont elles encore un sens ? On peut s ‘interroger ! Néanmoins les consommateurs adorent ces grands messes du shopping et quelques pistes nous venant de l’étranger nous sont suggérées :

– les Black Friday anglo-saxons sont un événement majeur de la consommation. Très théâtralisés, ils sont les grands Rendez-Vous sur lesquels les clients, tenus en haleine, se jettent littéralement dans une célébration festive et oh! combien rentable pour le retail.

– dans un monde où les marques doivent raconter une histoire à des clients de plus en plus volatiles, la scénarisation des ventes privées est également un moyen efficace et bien mieux adapté pour gérer les fins de collections, et permettrait de mieux mettre en scène l’annonce des nouvelles.

– les clients plébiscitent la surprise, l’émotion, l’éphémère, parfait ! Alors adaptons le concept des soldes à ces nouvelles demandes, valorisons les clients premium, fidélisons en les étonnant, en les associant plus à la vie de la marque en développant des évènements originaux tout au long de l’année pour profiter d’offres spécifiques avec une nouvelle proposition de valeur.

Le commerce change sous la pression de clients en mutation. Or, conserver les mêmes codes, les même habitudes est un leurre : il est nécessaire de les réinventer pour les rendre plus efficaces, et plus adaptés au nouveau parcours client. Einstein ne disait-il pas que « la définition de la folie est de reproduire les mêmes choses en espérant des résultats différents ».

Pascal Guy

La rédaction

À lire aussi sur le même thème

Allez plus loin avec Influencia

the good newsletter

LES FORMATIONS INFLUENCIA

les abonnements Influencia