16 janvier 2013

Temps de lecture : 4 min

La Smart TV et sa télécommande

Quels sont les usages actuels et futurs de la TV connectée ? Une étude commandée par le CNC et réalisée par QualiQuanti amène des réponses. 2ème chapitre : le téléviseur connectable, souvent appelé SMART TV. Décryptage de Daniel Bô et du sémiologue Raphaël Lellouche.

Chapitre 2 :  Qu’est-ce qu’un téléviseur connectable, souvent appelé Smart TV ?

Le téléviseur connecté, c’est d’abord un écran TV qui propose une interface proche de celle d’un Smartphone, proposant une accumulation d’icônes sur un champ noir.

Mais à la différence de l’écran de smartphone, dans cette interface seule une partie de l’écran est occupée par les applications, tandis que la partie en haut à gauche (dans le cas de Samsung) continue de diffuser le flux en direct, et reste un témoin de la tv classique.

La surimpression d’un flux interactif à un flux tv

Au fil de la navigation, c’est le flux de la tv qui revient accidentellement quand on fait de fausses manipulations : la tv reste le fond du produit.

En surimpression du flux télévisuel apparaissent des encarts interactifs, qui se superposent aux flux :
>> des fenêtres d’applications (fil Facebook ou Twitter)
>> des compléments au programme édités par la chaîne : un fil d’information, la météo, etc.

Cette juxtaposition forme une interface de type web.

Le média internet a renouvelé le rapport traditionnel de lecture en nous habituant à substituer à un espace continu et linéaire, un système de zones emboîtées ou enchâssées les unes dans les autres.

La tv connectée découpe la page/écran en zones bien délimitées, dans des modules.

Certains peuvent être activables, d’autres peuvent rester inertes.  C’est dans ce sens où les contenus diffusés sont hétérogènes que la tv connectée est proprement multimédia.

La tv connectée est donc la juxtaposition hybride, au sein d’un même écran, de deux modes de vécu,  de deux régimes hétérogènes.

Par la connexion, le flux linéaire de la tv classique s’accroit  du flux fragmenté d’internet, en partie accessible par les widgets des applications. Le média tv est augmenté du média réseau.

L’expression Smart TV est-elle pertinente par rapport à TV connectée ?
 
« Connecté » est un terme qui désigne une tv reliée à internet et qui semble assez juste.

Néanmoins le participe passé « connecté » est trop passif alors que la tv connectée rend ses usagers actifs.

« Smart tv » est une désignation intéressante car :

>> Elle ressemble à la fusion d’une tv et d’un Smartphone par :

l’interface
l’extrême diversité des applications et des services
la connexion internet

>> Cette tv force l’utilisateur à sortir de la passivité, voire de « l’idiotie » qui caractérise habituellement le spectateur télévisuel (désigné comme « coach potatoe ») pour devenir habile et smart.

Quelles sont les modalités de pilotage de la TV connectée ?

Le toucher reste à la base de la commande, réclamant des qualités d’interface fondamentales.

>> Jusqu’à maintenant la télécommande était un objet « digital » au sens propre : pour contrôler le flux, on devait appuyer sur des touches.

>> Mais les surfaces tactiles, sensibles, ont développé de nouveaux usages  qui continuent d’impliquer la main : défilement des pages, sélection des icônes… par le simple contact avec la surface.

Un écran tactile identique à celui de la tv

La tv classique fonctionnait jusque-là avec une télécommande à bouton pression. Or la page d’accueil de la tv connectée, analogue à celle du smartphone, introduit l’exigence d’un rapport analogique et non plus digital : elle fait naître par la similitude visuelle le réflexe de vouloir toucher avec le doigt un écran tactile.

Ce problème peut se résoudre dans la télécommande : en se dotant d’un écran tactile identique (mirroring) à celui de la tv, elle réconcilierait l’écran télévisuel « classique », qu’on ne peut toucher, avec la nature tactile et analogique du smartphone.

Télécommande digitale

Télécommande tactile

Geste

Appuyer

Effleurer

Symboles

Alphanumériques

Icônes

Rapport à l’écran

Analogie

Similitude

La télécommande du futur : smartphone ou tablette ? Peut-on parler de second écran ?

Le smartphone ou la tablette, connectés à la tv par la fonction « partage », semblent de bons candidats pour l’objet télécommande.

Le risque de délaissement de la tv est alors d’autant plus grand que la taille du « second écran » est importante : si la tablette peut laisser supposer une concurrence, c’est moins plausible avec le smartphone.

Ces écrans reliés fonctionnent non pas sur le principe de la dualité mais sur celui de la complétude : ils forment un réseau unique convergeant vers une unité d’action.

Ils peuvent ainsi se partager les tâches selon la logique « un écran, une utilisation » :

la tablette ou le smartphone, sur un mode opératoire, permettent l’interaction du spectateur avec l’écran, l’émission d’informations ;
l’écran tv, où tous les résultats sont centralisés, accapare la dimension spectatorielle : c’est le média de la réception.

Certaines applications ont déjà expérimenté cette complémentarité avec le jeu de Scrabble.

Il n’y a donc jamais, en fait, un second écran : il n’y qu’un tout, d’ordre quasi organique.

Cette répartition des fonctions se fait parallèlement à celle qui existe dans le corps, entre les organes : les mains agissent, manipulent, sélectionnent ; les yeux regardent.

Ce qui distingue smartphone et tablette, c’est cette fusion entre manipulation et vision sur un même écran.

Ecran tv

Télécommande digitale

Smartphone ou tablette

Yeux

Main

Main + yeux

Voir

Agir

Agir + voir

Certes les répartitions d’usage et de spatialité peuvent générer des effets de concurrence temporaires, mais il n’y a jamais, dans les faits de « second écran ».

Au sein de ce tout d’ordre organique, le schéma classique est conservé : l’œil visionne l’écran tv, la main contrôle en tapant ou cliquant via le smartphone ou la tablette.

Le smartphone, la télécommande idéale

Du smartphone et de la tablette, quel objet intègre le plus d’avantages pour remplir la fonction télécommande ?

En résumé, la télécommande du futur se doit, comme nous l’avons vu précédemment, d’intégrer les fonctionnalités suivantes :

Un écran tactile similaire à celui de la tv

La possibilité d’une commande vocale

Et/ou un clavier réel

Le smartphone, qui combine la maniabilité d’une télécommande classique, la possibilité d’écrire et de parler et n’entre que faiblement en concurrence avec l’écran tv, semble la télécommande idéale.

La tablette est intéressante pour des fonctions de play along ou de manettes sophistiquées.

Daniel Bô, Pdg de QualiQuanti
*Etude téléchargeable gratuitement ici. 

La rédaction

À lire aussi sur le même thème

Allez plus loin avec Influencia

the good newsletter

LES FORMATIONS INFLUENCIA

les abonnements Influencia