22 mai 2013

Temps de lecture : 2 min

Shazam vs Trace TV : le blind test d’un nouveau genre !

Quand la crème des programmateurs musicaux des chaînes Trace TV se mesure à la référence de la reconnaissance musicale, ça donne une « battle » unique en son genre…

C’est dans le très beau théâtre Dejazet à Paris que s’est tenu un affrontement d’un nouveau genre. Un affrontement sous fond de blind test entre les compilateurs qui produisent les playlists des chaines musicales* Trace et l’application Shazam reconnue comme étant l’experte musicale incontestée et incontestable pour le moment…

Tel un combat sur le ring les deux camps étaient réunis sur la scène du théâtre. Chaque « tracien » montait en découdre avec Shazam et devait trouver le morceau plus rapidement que son adversaire électronique. « Ce contest était avant tout un concours de rapidité car Shazam en tant que base de données musicale connaissait la sélection musicale du défi. L’application a aussi été utilisée comme si elle était consultée par tout le monde. Aucune modification n’a été amenée pour rester le plus possible dans des conditions réelles d’utilisation de l’outil », précise Thibault Descamps, le chef de produit Trace Urban en charge du projet.

Mais au-delà du simple amusement d’opposer une machine à des hommes, Trace TV propriété du groupe français Alliance Trade Media, avait au travers de cette opération, sur une idée de DDB Paris, envie de légitimer l’expertise de ses équipes. « Nous voulons renforcer notre « street credibility », très importante dans la culture Hip-Hop, en affrontant les meilleurs. Car la connaissance en plus du style et de l’attitude est un paramètre à ne pas ignorer dans cette culture », rajoute Antoine Michel, Directeur Général Adjoint Groupe Trace.

L’intérêt de cet affrontement, remporté par Trace (voir la vidéo) avec une revanche de prévue, est  double :  la reconnaissance passe par la connaissance. Et il ne suffit pas d’avoir le « style » et passer de la bonne musique si on n’est pas capable d’en parler ou de l’identifier. Pour résumer, la culture c’est cool et cela change du « Be stupid » promu par Diesel au rang de style de vie…

Cette opération a donné des idées. Trace compte bien développer le concept et l’intégrer dans sa grille et on sent les prémices de futurs programmes tournés vers la Tv connectée. Shazam quant à elle, a le vent en poupe et commence à trouver ses marques dans la pub… Après avoir fait du bruit suite à une évolution de sa technologie tournée vers la mode où on pourra, on ne sait pas trop quand; mais ça va venir, identifier des vêtements, l’application se tourne maintenant vers une forme de dialogue encore trop peu utilisé par les médias et les marques.

Contrairement aux autres gros réseaux sociaux comme Pinterest, Twitter et consorts, Shazam a un potentiel ludique et pédagogique permettant une véritable interaction avec les personnes. On rentre dans un échange avec une technologie qui au-delà de divertir, éveille l’usager…

Cette opération rappelle évidemment la confrontation historique  entre Gary Kasparov, le champion d’échecs et Deep Blue le super ordinateur d’IBM mais à une différence plus que significative. A l’époque l’ordinateur avait besoin de battre l’homme pour être respecté. Aujourd’hui c’est l’homme qui a besoin de reconnaissance lorsqu’il affronte une technologie. Le changement, c’est en ce moment…

Gaël Clouzard / @G_ael

FICHE TECHNIQUE :
Responsable annonceur : Antoine Michel Responsables agence : Vincent Léorat, Nicolas Kabassakalis Directeur de la création : Alexandre Hervé
Créatif : Francis Pluntz Son : The Production : Depth Digital
Post Prod : Stripes Réalisateurs : Kentin Denoyelle et Raphaël Ghisalberti

La rédaction

À lire aussi sur le même thème

Allez plus loin avec Influencia

the good newsletter

LES FORMATIONS INFLUENCIA

les abonnements Influencia