9 novembre 2010

Temps de lecture : 3 min

Au secours E.T. !

Les extraterrestres avaient disparu de la sous-culture et du folklore occidental, les OVNIS ne hantaient plus les ciels de nos campagnes depuis bien longtemps, en France ou ailleurs. C’est comme si le XXIème siècle avait débuté sans eux. Pas si sûr…

Les extraterrestres avaient disparu de la sous-culture et du folklore occidental, les OVNIS ne hantaient plus les ciels de nos campagnes depuis bien longtemps, en France ou ailleurs. C’est comme si le XXIème siècle avait débuté sans eux. Pas si sûr…

C’est un fait connu des spécialistes. A partir du 11 septembre 2001, le nombre d’observations d’OVNI a connu une brutale et nette diminution. Ce phénomène s’explique parfaitement par le fait que la construction des sociétés occidentales s’est toujours faite «contre» quelqu’un ou quelque chose. Le monde venait de se trouver un nouvel ennemi, un vrai, avec un visage et une armée. Et tout a diminué: beaucoup moins d’observations de phénomènes, quasiment plus de productions entertainment populaires avec des petits Aliens dedans… Mulder et Scully et autres Men In Black avaient été mis au placard par un collègue à eux, un certain Jack Bauer.

Il est passionnant de voir que des années 50 à aujourd’hui, le mythe des extra-terrestres et des OVNI se réinvente en permanence. L’imagerie populaire, en perpétuelle évolution, semble imaginer en effet sans cesse de nouvelles incarnations à cette construction imaginaire née avec la postmodernité et accompagner tous les stades de l’évolution de notre civilisation, que ce soit au niveau politique, économique, géopolitique, mais aussi technologique et médiatique. Dans les années 50 et 60, c’était «contre» les bolchéviques avec la guerre froide, période pendant laquelle mystérieusement le cinéma US produisait des films avec plein de méchants extra-terrestres venant de Mars, la planète… rouge. Il est d’ailleurs intéressant de noter que la première véritable observation d’OVNI date du 12 juillet 1947. Puis les années 70 et 80 sont arrivées, et la guerre froide est devenue subitement de plus en plus proche, par le biais d’un effet de début de mondialisation. Tout d’un coup les petits hommes verts venant de Mars, hier lointains et coincés derrière l’Oural ou Proxima du Centaure, se sont mutés en Aliens et ont semblé tout de suite beaucoup plus dangereux. Sigourney Weaver en garde un souvenir douloureux.

Dans les années 90, il n’y avait plus d’ennemi mais la crise économique. La morosité ambiante et l’arrivée des NTIC ont favorisé une diffusion de la théorie du complot popularisée par X-Files, une série-culte, brumeuse, pleine de complexité et peuplée d’une mythologie montrant que le monde n’était plus aussi simple. Le mur tombé, les méchants aliens sont devenus moins visibles mais plus dangereux. Une tendance insidieuse incarnée par l’adage «Trust No One», gimmick ultime de la série, presque en écho à la montée des rejets des structures politiques super-étatiques qui se construisaient partout dans le monde à cette époque. Et forcément si on nous cache quelque chose, c’est bien à ce sujet-là.  A la fin de la décennie sont apparues également des religiosités empreintes de mythologies basées sur les Aliens, dont la plus allumée et influente reste celle de Raël, reprenant les fantasmes eugénistes et post-humains, dont le clonage. Un phénomène montrant que, si le phénomène est un phénomène «contre», il est aussi une émanation évidente d’un besoin de nouvelles spiritualités qui ont émergé à cette époque, à l’apogée d’une postmodernité cristallisée par Internet.

Puis vint le 11 septembre, et les extratrerrestres n’intéressèrent plus personne. Le développement des caméras numériques et des téléphones mobiles aurait pourtant dû prouver le phénomène. Las, ce sont des vidéos toujours aussi approximatives qui pullulent sur Internet.

Mais depuis quelque temps, quelque chose est en train de se passer… On rapporte que des OVNIS auraient été aperçus dans la campagne cévénole il y a quelques semaines, également en Chine cet été, avec notamment la fermeture de l’aéroport de Zhejiang, et qu’un film serait en préparation avec Scarlett Joahnsson dans le rôle d’un prédateur extraterrestre. Ce ne sont encore que des signaux très faibles, mais peut-être reviennent-ils. Ce n’est certainement pas une coïncidence alors qu’Hollywood a épuisé les vampires de tous poils et que les films d’action finissent par tous se ressembler. Mais aussi parce que les marchés financiers sont toujours incertains, que le monde est menacé régulièrement de destruction par la Corée du Nord, que Ben Laden harangue toujours ses troupes et que le rapport de force avec la Chine est en train de s’inverser au profit de cette dernière. Le monde aurait-il encore besoin de son vieil ennemi ?

  Thomas Jamet – NEWCAST – Head of Entertainment & brand(ed) content, Vivaki (Publicis Groupe)
thomas.jamet@vivaki.com
www.twitter.com/tomnever

La rédaction

À lire aussi sur le même thème

Allez plus loin avec Influencia

the good newsletter

LES FORMATIONS INFLUENCIA

les abonnements Influencia