16 juin 2016

Temps de lecture : 1 min

Scoop ! Avec Voici, ça va vraiment mieux…

On comprend mieux maintenant pourquoi le pays est dirigé bizarrement...

On comprend mieux maintenant pourquoi le pays est dirigé bizarrement…

Plus de contenu (nouvelles rubriques, plus de mode, de beauté), un logo épuré, une maquette modernisée… et une convergence totale entre le print et le digital placés sous un même écosystème de marque, sont les piliers de la nouvelle formule de Voici (groupe Prisma Presse). Révélée ce 17 juin dans les kiosques, elle est soutenue par une campagne -signée Gloryparis- qui joue la carte de l’autodérision en utilisant des photos d’hommes et des femmes politiques, surpris eux aussi en train de dévorer le magazine dans un contexte pour le moins spécial.

Et pas n’importe lesquels puisqu’il s’agit ni plus ni moins de François Hollande, de Nicolas Sarkozy, de Ségolène Royal et d’Angela Merkel. Les visuels issus de banques de données, ont été choisis puis travaillés artistiquement pour que le magazine s’intègre naturellement entre les mains des quatre lecteurs. Chacun est accompagné d’une citation décalée qui colle à l’univers de l’hebdomadaire et à celui de la personnalité, donnant à l’ensemble une bonne dose d’humour. « A un an des présidentielles et dans un contexte d’actualité politique et économique tendue, l’idée a été d’imaginer une campagne qui fait sourire et qui renforce l’identité et l’image de Voici en rappelant tout simplement qu’il nous divertit qui que nous soyons. Que tout le monde a besoin d’une petite récré de 15 minutes », expliquent Hugues Pinguet et  Arnaud Le Bacquer, DC et co-fondateurs de Gloryparis. D’où la signature qui a son tour joue sur les mots : « Voici : sérieusement divertissant ».

Diffusée pendant 3 semaines en presse et en affichage, elle est aussi relayée en digital et sur les réseaux sociaux. Renforçant encore plus le ton impertinent de cette campagne à l’anglo saxonne grâce à des gifs effrontés mais très justes en reprenant juste les petits tics de chacune des personnalités. De quoi sûrement créer un bon buzz viral. Sérieux s’abstenir.

Berthier Florence

À lire aussi sur le même thème

Allez plus loin avec Influencia

the good newsletter

LES FORMATIONS INFLUENCIA

les abonnements Influencia