11 juillet 2012

Temps de lecture : 4 min

La science des tendances

Chaque trimestre, Soon Soon Soon publie le baromètre des aspirations et des valeurs émergentes, le Soonoscope. Sa méthodologie s’appuie sur l’analyse exhaustive de différents médias lifestyles. Voici trois des analyses parues dans le Soonoscope n°1 : les marques comme marqueurs identitaires, l’influence de la crise sur l’intime, et le hasard pour gérer la complexité.

Contenus de magazines, films, livres et sites web portent les valeurs qui influencent les modes de vie au quotidien. En période d’incertitude, analyser les contenus lifestyle pour révéler les valeurs dont ils sont les véhicules est un outil puissant pour anticiper les évolutions à venir. Car selon les psychosociologues, les valeurs sont les principes majeurs qui guident la vie de l’individu…  Soon Soon Soon vous livre ici trois des analyses du Soonoscope n°1.

1-    Bières locales et micro-brasseries, ou les marques locales comme marqueurs identitaires

BEER IN MIND – JAPAN, in MONOCOLE, N°51, VOL. 6, MARS 2012 Crédit : MONOCLE

+ Article

L’article de Kenji Hall dans Monocle relate l’engouement croissant des japonais pour les bières brassées localement (ji-biru, bière locale). Le nombre de micro-brasseries augmente chaque année, élargissant l’offre avec des références au caractère plus marqués. La Japan Craft Beer Association estime aujourd’hui leur nombre à 250.

+ Analyse

Les micro-brasseries constituent un phénomène émergeant qui touche avant tout les pays forts consommateurs de bière : Allemagne, Japon, Belgique, etc. Elles sont le fait, la plupart du temps, de jeunes artisans brasseurs passionnés par la boisson et son histoire, et souvent attachés à un terroir. Le côté artisanal est alors une fierté à tel point que certains se vantent de coller les étiquettes à la main. Plus que des brasseurs, ils acquièrent alors le statut de créateurs, d’inventeurs de saveurs. C’est d’ailleurs pour cette raison que les bières « locales », fortes de leur supplément d’âme, se vendent plus cher que la « bière de masse » […]. On donne au consommateur l’occasion de manifester sa propre différence à travers un choix marquant qui le caractérise : la bière comme marqueur identitaire. L’identité d’une marque locale est donc le révélateur des aspirations d’une population ciblée.

+ Dans la tendance…

La bière made in Paris, ou comment relancer un produit en s’appuyant sur ses racines…

2-    L’amour pragmatique loin des grands mythes, ou l’influence de la crise sur la sphère intime

C’EST QUOI L’AMOUR VRAI ? in L’EXPRESS STYLES, 11 FÉVRIER 2012 Crédit : POMCUITE

+ Article

La romancière Marie Desplechin est l’auteure de l’article de l’Express Styles où elle attaque la conception moderne de l’amour faite d’absolu, d’éphémère et d’une quête de bonheur perpétuellement insatisfaisante. D’après elle, nous vivons « une époque hyper-sentimentale » où les couples meurent de leur intransigeance et de leur non renonciation à une forme d’idéal. Elle plaide pour le retour d’un amour plus « vivable », plus tolérant et tendre. D’un amour qui accepte l’imperfection.

+ Analyse

Zapping, consommation Kleenex, Don-juanisme 2.0 : on a à peu près tout dit sur les mœurs modernes et le phénomène a largement été étudié et compris. […] Entre les lignes de l’article de Desplechin, c’est aussi la dénonciation d’une forme de performance au bonheur que l’on trouve. La mise en cause de cette vision s’inscrit dans la droite ligne d’une crise qui met fin à un rêve en carton. Un rêve consumériste dont l’amour idéalisé ferait partie. Pour sortir de cette vision « Gavaldesque » elle propose une vision plus pragmatique : c’est l’effet crise qui remet les pieds sur terre. Des arguments à relier certainement au développement de « l’empathie » évoquée par le très à la mode Jeremy Rifkin et qui désigne « l’aptitude à éprouver comme sienne la difficile situation d’un autre ». En clair à devenir tolérant et indulgent. Réaliste en quelque sorte.

+ Dans la tendance…

Le musée des cœurs brisés ou comment recycler son âme en peine…

3-    S’en remettre à la chance pour faire ses choix, ou le hasard pour gérer la complexité

STAGING SERENDIPITY, in INTELLIGENT LIFE, 11 FÉVRIER 2012 Crédit : TDR

+ Article

Le mot « serendipity » est employé à tort selon Ian Leslie dans Intelligent Life. Dans le langage courant, la serendipity désigne un hasard heureux, or le mot fait référence à un subtil mélange de chance et d’ouverture d’esprit qui permet de saisir une opportunité lorsque celle-ci se présente. Leslie fait remarquer que face à l’augmentation des quantités d’informations, les curators font un travail de sélection utile mais dont l’efficacité nuit à l’émergence des hasards. Il plaide donc pour un retour de l’exploration aléatoire afin de régénérer sa capacité d’innovation.

+ Analyse

Qui dit consommation moderne dit offre pléthorique. La crise aidant, la dénonciation du modèle consumériste classique et de ses multiples références de yaourt à la fraise se fait de plus en plus prégnante. A tel point – et c’est la même chose, qu’il s’agisse de yaourt ou d’information – qu’on s’appuie désormais pour faire son choix sur l’expertise de ceux qu’on appelle les « curators » […]. Ils peuvent prendre la forme de sites internet « filtres », de médias, aussi bien que de boutiques spécialisées qui sélectionnent les meilleures références de chaque produit. Un moyen de baliser le chemin pour aller droit au but sans se disperser (la dispersion, ce que certains psychosociologues qualifient de « mal du siècle »). Mais on voit parallèlement émerger des initiatives témoignant d’une volonté de sortir des sentiers battus pour créer la surprise. Une forme de ré-enchantement dans un monde à la fois trop complexe et trop organisé. Le hasard devient alors une posture active pour naviguer dans un océan de produits et d’informations.

+ Dans la tendance…

Le PostCrossing, ou comment transformer sa boîte aux lettres en boîte à surprise, et recevoir des courriers d’inconnus venus du monde entier…

Retrouvez l’intégralité des articles et des analyses sur www.soonoscope.com

Alexis Botaya
Soon Soon Soon

La rédaction

À lire aussi sur le même thème

Allez plus loin avec Influencia

the good newsletter

LES FORMATIONS INFLUENCIA

les abonnements Influencia