4 octobre 2021

Temps de lecture : 4 min

« Sarenza est devenue une destination shopping de mode », Nathalie Mesny D.G Monoprix Online

Sarenza est notre revue online de shopping depuis 15ans. Entre-temps, la boutique est devenue un repère lifestyle, ce qu’elle entérine aujourd’hui avec un spot TV sympa comme tout. Pour en parler, Nathalie Mesny, DG de Monoprix on line.

Sarenza
INfluencia : il ressort de ces films un climat à la fois chaleureux, joyeux, quelle est la problématique de Sarenza aujourd’hui ?

Nathalie Mesny : Sarenza est spontanément reconnu pour son expertise, développée depuis 15 ans dans le domaine de la chaussure. Ce retour en télévision est l’occasion de souligner que désormais, Sarenza habille toute la famille, des pieds à la tête, avec toujours la même qualité de service légendaire. Une compétence autour d’une offre mode pour toutes les personnalités, sportive, citadine, décontractée… avec plus de 40.000 modèles et 500 Marques, des plus populaires aux plus créatives, sans oublier nos 5 marques développées en propre, exclusives (Made by Sarenza, Georgia Rose, I love shoes, Rose et Martin, Marvin & Co).

IN. : La livraison est un enjeu crucial pour cette plateforme…

N.M. : Notre centre logistique compte parmi les plus modernes d’Europe. Il est capable d’expédier jusqu’à 30.000 colis par jour dans toute l’Europe, avec un temps record de préparation : moins de 30 minutes entre le clic de la commande et son expédition. 100% des commandes françaises sont livrées en 24h ainsi qu’en Belgique et aux Pays-Bas, si la commande est passée la veille avant 18h et on assure des départs quotidiens pour l’ensemble de nos destinations européennes.

Être livré en respectant ce qui a été annoncé au moment du paiement, est l’attente numéro un d’un cyberacheteur de marques de mode. Chez Sarenza, la livraison a toujours été un point fort, et central de nos opérations logistiques, tant en France qu’en Europe. C’est la raison pour laquelle, nous avons fait le choix de rappeler à travers ce film, l’excellence du service de Sarenza, avéré depuis plus de 15 ans, qui s’étend maintenant au prêt-à-porter.

IN. : vous faites aussi un travail d’image avec ce film ? Comment avez-vous travaillé avec votre agence ?

N.M. : la marque Sarenza a fait évoluer son modèle, en passant du statut de chausseur en ligne à celui d’une destination de shopping de mode pour toute la famille. Moins de 50% des Français savent que Sarenza vend du prêt-à-porter, des accessoires de maroquinerie et des bijoux en plus des chaussures. Il était important de rappeler que notre offre s’étend maintenant à toute la mode femme, homme enfant, dans une tonalité joyeuse, ou chaque membre de la famille a un rôle à part entière. Cette campagne, signée de l’agence Interruption, l’illustre parfaitement par l’allégorie de la chorégraphie que chacun interprète à son rythme avec style, dans un univers pop et coloré tout en conservant l’état d’esprit et le ton unique « not serious » de Sarenza qui fait notre différence.

 

IN. : votre parcours vous a conduit vers cette enseigne, vous qui être très engagée, qu’est-ce qui vous plaît ?

N.M. : le fil rouge de mon parcours professionnel est l’étude des comportements humains. J’ai commencé dans l’industrie agro-alimentaire en analysant les motivations des personnes à consommer ou utiliser tel ou tel produit quotidien, puis dans le retail en décryptant leurs choix en situation d’achat, et enfin dans le e-commerce alors qu’il n’y a plus ni produit à toucher, ni magasin pour s’orienter. Mes engagements tant professionnels, que personnels, sont, sans surprise, en lien avec cette attention particulière que je porte à la façon dont une relation se noue et s’entretient. C’est une conviction, forgée au fil des années, que, pour être fertile et pérenne, une relation doit permettre à chacun d’être acteur de ses choix, sujet et non pas objet de la relation. La relation qu’une marque établit avec son client, que l’enfant établit par l’intermédiaire du jeu avec lui-même ou ses camarades, qu’une entreprise tisse avec ses salariés ou ses partenaires, ou qu’un médecin noue avec son patient atteint d’une maladie chronique. Vous voyez maintenant le point commun entre mes activités professionnelles, et mon implication personnelle bénévole depuis 15 ans au sein de l’association Renaloo (qui accompagne les personnes atteintes de maladies rénales chroniques) et les actions que Sarenza développe en partenariat avec l’association En Avant Toute(s) pour promouvoir un rapport équilibré entre les hommes et les femmes.

IN. : Monoprix Online est-elle une « entreprise » engagée ?

N.M. : dès sa création, Monoprix Online a posé son projet d’entreprise en s’interrogeant sur son utilité. Il s’agissait de définir une raison d’être qui aille plus loin que les promesses de chacune des marques dont elle opère l’activité en ligne. Après un travail collaboratif de plusieurs mois avec l’ensemble des collaborateurs de l’entreprise, nous avons défini notre mission “Enchanter le quotidien par la qualité des interactions humaines” et les 4 valeurs qui nous unissent pour servir cette mission. C’est sur ce socle que nous déroulons nos plans d’actions pour chacune de nos parties prenantes. Être engagé c’est avoir le sentiment que ce que vous faites au quotidien dans votre entreprise est cohérent avec vos valeurs et votre propre engagement. Au fil des mois, cette mission est devenue un peu plus concrète pour chacun : dans les services que nous développons pour nos clients, dans nos politiques sociales ou de développement de nos collaborateurs, dans le choix et la conduite de nos partenariats avec nos fournisseurs, prestataires, ou équipiers d’actions citoyennes. Nous faisons deux fois par an un arrêt sur images avec les managers et l’ensemble des équipes, pour nous assurer qu’au-delà des résultats business que nous pilotons au quotidien, nous sommes toujours en ligne avec notre mission. C’est l’occasion pour chacun de nos collaborateurs de contribuer, de découvrir, de témoigner ou d’aller plus loin en s’associant à des projets qui résonnent particulièrement pour lui. C’est pour chacun une opportunité de partager avec ses collègues des choses qui lui tiennent à cœur, et de renforcer les liens. La crise, qui a rompu les liens physiques, a été un révélateur de l’attachement profond que notre collectif porte à cette qualité de la relation, l’importance de cette attention sincère à l’autre. Elle a libéré les initiatives, parce que l’utilité des actions mises en place était une évidence aussi bien pour les collaborateurs eux-mêmes que pour les clients. C’est pour cette raison que nous avons défini un programme d’actions solidaires durable pour accompagner la Fondation des Femmes avec une action sur la base de volontariat abondé permettant aux collaborateurs de s’impliquer au-delà des actions organisées par l’entreprise.

IN. : Ce terme ne devient-il pas un peu galvaudé ? On aurait dit passionné par le passé…

N.M. : vous avez raison, le terme “engagé” est employé à tort et à travers, et est souvent le nouveau parement publicitaire de personnalités politiques ou d’entreprises. Pourquoi je parle d’engagement en ce qui concerne Monoprix Online plutôt que de passion, parce qu’engagé suppose que chacun ait pris le temps de réfléchir au sens que nous mettons derrière nos actions, aux dissonances qu’il peut relever et fasse le choix, en conscience de rejoindre et de développer ce collectif.

Cristina Alonso

À lire aussi sur le même thème

Allez plus loin avec Influencia

the good newsletter

LES FORMATIONS INFLUENCIA

les abonnements Influencia