21 février 2020

Temps de lecture : 3 min

Ronald et les vignettes à décoller, une longue histoire d’amour

L’opération Code Ciné revient dans tous les restaurants McDonald's jusqu'au 8 mars avec une campagne signée DDB Paris. Une occasion rêvée pour l’agence parisienne de prendre la caméra et d’inviter les plus grands figures d’Hollywood à venir tailler une bavette maxi best of.

L’opération Code Ciné revient dans tous les restaurants McDonald’s jusqu’au 8 mars avec une campagne signée DDB Paris. Une occasion rêvée pour l’agence parisienne de prendre la caméra et d’inviter les plus grands figures d’Hollywood à venir tailler une bavette maxi best of.

En 1987, McDonald’s dévoile une vaste opération publicitaire qui reprend les codes du jeu de plateau Monopoly, propriété d’Hasbro, son partenaire du jour. Alors que la population mondiale dépasse les 5 milliards d’individus, que le programme Erasmus est adopté par le Conseil de l’Europe et que Bono nous susurre With or Without You, les gastronomes du monde entier découvrent des vignettes accrochés à leurs boissons qui leur promettent monts et merveilles -un big mac gratuit et la vie vous sourit-. Une simple opération promotionnelle qui visait à booster la vente des produits au grand M en capitalisant sur la notoriété d’un jeu/monument du divertissement -spoiler, The Witcher n’était pas encore sortie-. Mais le premier rencard d’une longue histoire d’amour entre Mcdo et les vignettes à décoller, comme en témoignent les innombrables déclinaisons du jeu à travers les décennies -et les albums de U2-, jusqu’à la dernière édition… 

À la sauce McDo

« Tant en termes de création de trafic que d’actes d’achats, cette opération conjointe avec le groupe Hasbro a atteint les objectifs définis par le plan marketing ». Un succès marketing formulé  à demi-mot par Michèle Gagné, chef de produits McDonald’s en … 1997, soit dix ans après la première édition, et qui aurait sûrement pu être prononcé l’année dernière. Ronald est loin d’avoir étanché sa soif de vignette. Depuis le 18 février dernier et jusqu’au 8 mars, McDonald’s réinvente sa recette fétiche pour l’adapter au palais des cinéphiles. Pour la deuxième année consécutive, l’opération Code Ciné revient dans tous les restaurants McDonald’s avec une campagne signée DDB Paris. Comme souvent, le jeu est annoncé 100% gagnant.

Pour chaque achat d’un menu McDonald’s, vous obtenez 1 vignette dont le code est à saisir sur le site mcdonalds.fr/codecine pour découvrir votre cadeau. Au menu : 1 séjour de 7 jours pour 4 personnes dans un parc Universal Parks & Resorts, 250 lots « 1 an de cinéma pour 4 », 50 000 places de cinéma, 500 coffrets DVD Studio Canal, 50 000 lots de 3 mois d’abonnement Ciné+, 50 000 lots de 3 mois d’abonnement Canal+ Séries et plus de 26 millions de films en VOD. Une fois votre lot affiché, vous avez la possibilité de le conserver ou de le remettre en jeu et de jouer le quitte ou double. Les lots sont alors sensiblement plus avantageux : au lieu d’une année de cinéma pour 4, d’une valeur de 473 €, vous remporterez peut être 5 lots « Cinéma à vie », d’une valeur de 8 400 €. De quoi s’assurer une séance pour Avatar 8, sortie programmée pour 2046.

Pour promouvoir l’opération, DDB Paris, avec l’aide des réalisateurs Tim Green et Henry Curchod de The Glue Society, a développé un format long diffusé sur le digital ainsi que trois formats courts conçus pour les réseaux sociaux. Le film met en scène des caricatures de multiples genres cinématographiques, souvent américains, qui se pressent au drive in d’un restaurant McDo pour récupérer leur précieuse tambouille. Le film sera également diffusé en format 30s pendant une semaine au cinéma. Une campagne de communication complémentaire est développée en TV, dans les restaurants et sur le digital pour soutenir l’opération.

 

 
Attrape-moi si tu peux

À la manière des « gangsters » pavoisant dans leur Cadillac -on est quand même loin de Michael Corleone-, ce système garantissant une récompense à tous les coups pourrait bien inspirer quelques escrocs aux dents longues. En 2018, un article signé Jeff Maysh pour The Daily Beast dévoilait une incroyable escroquerie organisée par Jerry Jacobson, un ancien officier de la police devenu directeur de la sécurité dans l’usine où étaient créées les vignettes du jeu concours. Après son premier vol d’un ticket gagnant de 25 000 dollars, offert gracieusement à son frère, l’employé modèle s’était rapproché de la mafia New Yorkaise et plus particulièrement de la famille Colombo, pour laquelle il a volé de nombreuses vignettes gagnantes. Un marché noir qui aura permis à « Oncle Jerry » -comme on le surnomme dans le milieu- d’empocher le casse du siècle : 24 millions de dollars de bénéfices (!!!), avant de se faire rattraper en 2000 par le FBI et d’écoper de 15 ans de prison ferme pour fraude et conspiration. Un scénario digne des plus grandes heures de Martin Scorsese. HBO avait d’ailleurs annoncé la diffusion d’un documentaire en 6 parties sur le sujet, intitulé McMillions et dont la première diffusion était prévue pour le 3 février dernier. Quand on vous dit que fast food et cinéma font bon ménage.

Montagut Sacha

À lire aussi sur le même thème

Allez plus loin avec Influencia

the good newsletter

LES FORMATIONS INFLUENCIA

les abonnements Influencia