7 octobre 2009

Temps de lecture : 1 min

Retour de réel

C'est entendu, les relations entre Nespresso et Georges Clooney relèvent, depuis le début, du sado-masochisme. Une star internationale d'accord, mais à condition de bien l'humilier...

D’où l’idée de ces spots à succès où chacun prenait un malin plaisir à ne pas reconnaître le beau Georges… quand il n’était pas confondu avec le voiturier. Avec sa dernière campagne print, Nespresso franchit une étape supplémentaire dans l’humiliation puisque c’est désormais Alexis, « responsable café vert » ou Anton, « spécialiste Qualité Café Vert », qui sont mis en avant, photographiés par Raymond Depardon himself*. Excusez du peu.

La parole des experts plus forte que la présence des pipoles ? Après EDF, Intermarché, SFR et tant d’autres, Nespresso succombe à son tour à la tentation de mettre en scène ses propres salariés… Les temps changent. Sans doute un signe supplémentaire de la fin du bling-bling si chère aux médias. De l’humilité, de la proximité, des salariés « héros », bla, bla, bla, on ne connaît que trop les paroles de la chanson. What else ? Sans doute aussi une volonté de Nespresso mettre de la valeur dans son produit. C’est tout de même pas Georges lui-même qui sélectionne le café ? Mais n’y a-t-il pas surtout là le signe d’un brusque retour de réel ? On avait fini par l’oublier : les marques sont aussi des entreprises. Avec des vrais salariés dedans.

Heureusement que l’ensemble des événements sociaux suscités par la crise sont là pour nous aider à nous en souvenir.

Patrick Duchemin, Planning / tendances
redaction@influencia.net

* agence McCann

McCANN Paris

Angélique, un des experts Nespresso.

 

La rédaction

Allez plus loin avec Influencia

the good newsletter

LES FORMATIONS INFLUENCIA

les abonnements Influencia