2 mars 2011

Temps de lecture : 2 min

Radio-Canada transforme l’internaute en détective

Un cadavre, un bistrot, 25 protagonistes incarnant 12 vices… tels sont les ingrédients d’une énigme que les internautes doivent percer. C’est le défi lancé par la nouvelle web série interactive et sarcastique de Radio-Canada depuis le 1er mars. Une belle opération de communication.

Ce n’est pas le Cluedo mais tout comme… Radio-Canada va passionner plus d’un internaute avec sa web série interactive, Zieuter.tv. Depuis ce 1er mars, la station a lancé ses auditeurs sur la piste d’une mort suspecte à l’heure du déjeuner dans un bistrot. Pendant quatre semaines, les enquêteurs amateurs vont pouvoir remonter dans le temps en découvrant chaque semaine au fil de 3 courts épisodes, des tête-à-tête très instructifs entre 25 personnages.

En effet, chacun de ces dialogues tenus simultanément au bar, en cuisine, en terrasse, aux toilettes ou dans la salle à manger, juste avant le crime entre 12h08 et 12h12, a une double mission. Montrer du doigt, à travers les protagonistes, 12 vices de la société comme l’immobilisme, l’égoïsme, l’ignorance, le favoritisme, la superficialité, la condescendance, l’intolérance ou le mercantilisme. Et aider les apprentis détectives à élucider le meurtre, en délivrant ou non des indices.

Furetant ainsi à sa guise d’un endroit à un autre, l’internaute -tel un témoin voire un voyeur- épie les différentes conversations entre deux vieilles amies, un père égocentrique et sa fille, deux agents immobiliers pressés de conclure une vente, deux collègues aux avis divergents… Parfois drôles ou déjantés, cyniques ou tournant au vinaigre, ces échanges imprévisibles et acidulés se concluent tous par le même coup de feu éloigné… celui de l’assassinat.

Mais le jeu de détective ne s’arrête pas à une expérience individuelle, car l’ Inspecteurs Barnaby en herbe peut partager ses impressions et échanger ses déductions pour démasquer le coupable sur le blog relié au site Internet de la station et aux media sociaux comme Facebook ou Twitter. Néanmoins, un 13ème épisode apportera la réponse au mystère.

Avec cette mini série qui sort des sentiers battus du simple jeu ou de l’histoire linéaire, Radio-Canada, confirme son intention de sonder de nouvelles voies sur la toile. En effet, la station invite les internautes, depuis fin février, à une autre expérience placée sous le signe de la créativité avec Fabrique moi un conte.

Cette fois, l’idée est d’associer le public à une production dramatique en lui permettant de voter sur le site pour un conte célèbre et qui a bercé son enfance (parmi 13 titres*) avec les interprètes et le lieu de son choix (8 propositions à chaque fois). La combinaison qui remporte le plus de suffrages est adaptée en 48 heures et réalisée de façon contemporaine en une semaine par l’un des huit réalisateurs québécois présélectionnés. Chacun des huit contes revisités en version de 5 minutes est ensuite mis en ligne.

L’exercice est périlleux pour les professionnels du cinéma qui se prêtent au jeu de l’improvisation. Mais en sollicitant les internautes, il leur offre une récréation très inspirée. Un bel exercice de communication pour Radio-Canada.

Florence Berthier

*Pinocchio, Le vilain petit canard, Blanche-Neige, Barbe-bleue, Alice aux pays des merveilles, Cendrillon, Le petit chaperon rouge, La belle au bois dormant, La belle et la bête, Jacques et le haricot magique, Les trois petits cochons, Boucle d’or, Le vaillant petit tailleur.

La rédaction

À lire aussi sur le même thème

14/09/2021
JCDecaux poursuit sa révolution data

François-Xavier Pierrel, chief data officer de JCDecaux, détaille pour INfluencia la nouvelle offre Data mondiale du groupe, mêlant solutions locales et globales.…

Allez plus loin avec Influencia

the good newsletter

LES FORMATIONS INFLUENCIA

les abonnements Influencia