12 décembre 2016

Temps de lecture : 2 min

Que recherchent les consommateurs dans les vidéos sociales ?

Tandis que l’adblocking devient une arme imparable pour tous ceux qui ne supportent plus un trop plein de (mauvaises) publicités, les vidéos brandées restent un atout pour séduire les consommateurs. Encore faut-il que leur contenu soit d’excellente qualité. Accenture Interactive lève le voile sur les leviers à actionner.

Tandis que l’adblocking devient une arme imparable pour tous ceux qui ne supportent plus un trop plein de (mauvaises) publicités, les vidéos brandées restent un atout pour séduire les consommateurs. Encore faut-il que leur contenu soit d’excellente qualité. Accenture Interactive lève le voile sur les leviers à actionner.

L’élément visuel, et en particulier la vidéo, modèle, anime de plus en plus le paysage numérique. Une aubaine pour les annonceurs et les agences qui veulent courtiser des consommateurs de plus en plus éduqués n’hésitant pas à user de l’adblocking pour se détourner d’une mauvaise publicité ou trop intrusive. Ainsi pour séduire ces clients « exigeants », il ne suffit pas de développer une plateforme et d’investir dans les outils technologiques mais surtout de produire plus que du bon contenu… de l’excellent contenu.

Pour mieux comprendre leurs attentes et pourquoi ils décident de regarder une vidéo puis d’interagir avec une marque, Accenture Interactive a mené une enquête auprès de 1000 individus passant au crible leurs préférences en terme de contenu, leurs habitudes et leurs comportements (voir ci-dessous l’infographie publiée dans Adweek). Concluant que si le contenu est bel et bien désigné comme la pièce maîtresse du dispositif, la vidéo publicitaire est encore souvent perçue comme trop envahissante. Révélant tout le chemin qui reste à parcourir aux marques et à leurs agences pour lutter contre cette aversion sous-jacente.

Les leviers ne manquent pas et le terrain leur est favorable. Mais ils doivent avoir un seul mot en tête : la qualité. Car s’ils sont 48% à estimer être dérangés quotidiennement à tout bout de champ, et 60 % à être poussés à cliquer sur une pub de « remarketing », ils sont 67% à se laisser tenter par une vidéo qui les divertit et 54% à être en quête de contenu même sponsorisé par une marque. Pourvu que celui-ci les stimule ou leur permet, par exemple, d’apprendre à se servir d’un produit. Une qualité grâce à laquelle, certains sont prêts à découvrir de nouvelles enseignes, tandis que 35% n’hésiteront pas à s’inscrire sur le site d’une marque et à communiquer leurs données personnelles contre un contenu gratuit, remarquable, inédit ou distrayant.

Donner le choix est primordial : la porte ouverte à l’engagement

Autre atout à déployer pour les marques qui veulent séduire leurs consommateurs : soutenir les causes en lesquelles ils croient (51%), utiliser des stratégies et des outils technologiques innovants (54%),  ne pas bouder l’humour (49%), et encore et toujours fournir des éléments visuels pour servir le propos marketing (38%). De même avoir le choix est primordial, puisque 26% cliqueraient volontiers sur une pub interactive si on leur donnait le choix entre deux vidéos basées sur leur centre d’intérêt, alors que 19% regarderaient une courte vidéo même après avoir été déjà exposé à un autre argument de brand content. Côté support, les consommateurs préfèrent ceux qui fournissent des éléments visuels et avec lesquels il y a interaction grâce aux nouvelles technologies et aux stratégies digitales (54%) : la télévision reste en bonne position pour s’informer (57%) mais talonné par le canal digital (51%). Reléguant la presse avec 34% de fans seulement.

Quant à la réalité virtuelle, la plupart des personnes la considèrent comme d’abord une source de divertissement. Mais quelques-uns lui reconnaissent d’autres applications. : 36% la jugent utile pour la transmission du savoir ou l’animation de classes virtuelles, pour voyager (31%). Mais aussi comme un bon moyen pour essayer ou tester des produits (16%). A noter enfin, que la vidéo ne concerne pas seulement le grand public puisqu’elle profite aussi au monde de l’entreprise où elle est en passe d’y devenir très rapidement le moyen le plus important pour communiquer des éléments clés à ses employés ou ses clients. Du BtoC au BtoB, rien n’est à négliger.

Réalisation infographie : Adweek

Berthier Florence

À lire aussi sur le même thème

Allez plus loin avec Influencia

the good newsletter

LES FORMATIONS INFLUENCIA

les abonnements Influencia