3 juillet 2013

Temps de lecture : 1 min

Quand les smartphones protègent les arbres

Et si pour sauver les arbres des tronçonneuses, il suffisait de les mettre sous surveillance via un smartphone niché dans les branches ? Cette idée si utopiste et irréaliste sur le papier est actuellement à l’essai en Indonésie.

Notre chère et précieuse planète pleure tous les jours la mort de ces arbres si vitaux pour son écosystème. Problème écologique majeur, la déforestation ne rallie en son nom aucun consensus international pour mettre fin au désastre environnemental. Comme souvent quand les gouvernements ne trouvent pas les remèdes politiques, entrepreneurs et ONG apportent des solutions citoyennes ou économiques. Toutes ne sont pas aussi créatives que le concept thaumaturge de Rainforest Connection.

Basée à San Francisco, l’organisation met pour l’instant à l’essai à Sumatra un concept très rusé mais finalement tellement simple. Pour traquer les tronçonneuses des braconniers en temps réel et envoyer un garde forestier mettre fin au massacre, Rainforest Connection installe des smartphones recyclés dans les arbres afin de les surveiller en permanence. Via les écouteurs et un logiciel intégré, chaque téléphone peut enregistrer tous les sons et les mouvements autour des branches dans lesquelles ils sont cachés.

Equipés de panneaux solaires et d’Android comme système d’exploitation, les smartphones peuvent à la moindre tronçonneuse envoyer les informations en temps réel sur une base de données, utilisée ensuite par les autorités pour attraper les criminels en plein flagrant délit de déforestation. Quinze appareils sont actuellement déployés dans la réserve d’Air Tarusan sur l’île de Sumatra, en Indonésie mais chacun d’entre eux couvre une zone circulaire de 800m2. Autant dire une broutille dans les 248km2 de la forêt protégée. Le test Beta n’en est qu’à ses premiers pas.

« Nous sommes capables de savoir combien d’arbres ont été coupés en utilisant les images satellites. Mais on ne l’apprend qu’après coup, sans pouvoir connaître le moment où cela s’est passé. Le potentiel de ce projet est très intéressant », commente dans le New Scientist Dwiati Novita, employée de l’agence publique de réhabilitation forestière de Sumatra.

L’ambition est que bientôt les populations autochtones installent elles-mêmes les téléphones dans les arbres. Une interface de programmation (API) est également dans les tuyaux, l’idée étant de permettre rapidement à d’autres développeurs de créer des applications identiques de surveillance.

Benjamin Adler / @BenjaminAdlerLA

La rédaction

Allez plus loin avec Influencia

the good newsletter

LES FORMATIONS INFLUENCIA

les abonnements Influencia