27 novembre 2013

Temps de lecture : 2 min

Quand une agence de com fabrique sa communication

En une dizaine de petits films graphiques et décalés, La Fabrique de Pub revient sur la réflexion marketing et créative qu’une agence doit offrir à ses clients. Parce que le digital n'est pas qu'une affaire de buzz, retour sur certains mécanismes qui font le Web

Pas évident de ne pas être soupçonné de racolage, quand on fait de l’auto promotion. La Fabrique de Pub (*) réussit pourtant l’exercice avec ses petits films animés et très captifs, diffusés sur sa chaîne Youtube. Véritables objets distrayants et amusants, entre bon sens et dérision, ceux-ci reviennent, en effet, sur les fondamentaux très sérieux du métier.

International, recette du succès, taille d’une agence, gros budget, créativité, rythme du travail… Sans oublier, bien sûr, tout ce qui est relatif au « nouveau monde » dans lequel est désormais plongé l’univers de la communication : viral, digital et le e-consommateur… « Ces items ne doivent pas être le prétexte à faire n’importe quoi pourvu que ça mousse. C’est bien d’être populaire, mais encore faut-il savoir pourquoi et comment », explique Luc Chomarat (**), co-fondateur de l’agence qui a créé cette mini-série en un week end « car laisser de côté les bases du métier et ignorer tout ou partie de la culture ou des objectifs marketing de la marque, c’est risquer de la faire tourner à vide. Et surtout de lui faire perdre sincérité et sens en la privant de sa capacité à être attentive et à créer de l’émotion ».

Une saison 1 sur les fondamentaux du métier

Chaque vidéo très graphique, d’environ 30 secondes, a pour scénario, le buzz, et pour personnage principal, le logo de l’agence animé. Celui-ci, auquel un acteur a prêté sa voix, raconte de façon simple et humoristique une thématique… une suite est déjà dans les tuyaux.

Précisions avec Luc Chomarat :

INfluencia : qu’est-ce qui vous a motivé à créer ces films ?

Luc Chomarat : j’ai écrit cette micro web-série comme un manifeste de mon point de vue sur le métier et son évolution. Etonnamment, je pense que deux choses ont, sinon disparu, du moins été mises à mal ces dernières années : d’un côté, la culture de la marque (alors qu’on n’a jamais autant prononcé le mot « contenu »), et les fondamentaux du marketing (pourquoi fait-on quelque chose, digital ou pas). Et de l’autre, le fun et la distance, pour laisser une trop grande place à la prétention.

INfluencia : Comment envisagez-vous la suite?

L.C. : Cette première saison, dédiée à des sujets génériques et fondamentaux, est intemporelle. Mais sa conception se prête parfaitement à un rebond sur l’actualité. Ce qui sera la veine de la seconde saison.

Florence Berthier

Retrouvez l’intégralité des vidéos ici

(*) Animée par Luc Chomarat, Michel Hennin, Daniel Cattan et Delphine Vallette.
(**) Directeur de création chez Louis XIV, Australie et Ogilvy, il a signé des campagnes allant d’Audi, à IBM, en passant par Nestlé, Leclerc, la Caisse d’Epargne, Perrier, Le Figaro… Il est également l’auteur du nouveau « Que Sais-je », consacré à la publicité.

La rédaction

Allez plus loin avec Influencia

the good newsletter

LES FORMATIONS INFLUENCIA

les abonnements Influencia