26 juin 2013

Temps de lecture : 1 min

Publicité et liberté ne font pas bon ménage

Il y a un an, « Make the Politicians Work », une campagne pour Ura.ru, un site d'actualités dans la ville de Iekaterinbourg en Russie recevait une pluie de récompenses dans de nombreux festivals internationaux, et notamment plusieurs grands prix au Cristal Festival. L'idée avait séduit par son originalité.

Le concept était simple: les hommes politiques de cette cité, qui connait des gros problèmes de trous dans la chaussée, promettaient depuis des mois de réaliser des travaux mais rien n’était fait. Le site avait donc décidé de lancer une grande campagne de protestation en reproduisant des caricatures autour des trous des rues avec les têtes des dirigeants. Le tag était accompagné d’un message rappelant les promesses non tenues des politiciens. Très vite cette opération a fait un véritable buzz et le monde entier s’est émerveillé du courage des journalistes.

Malheureusement quelques mois plus tard, la propriétaire du site, la journaliste Aksana Panova, harcelée et intimidée physiquement par les autorités, a du céder son agence de presse, et en fonder une autre, accompagnée de la quasi totalité de la rédaction. Mais cela n’a pas suffi aux autorités locales qui lui font aujourd’hui un procès pour des raisons qui n’en sont pas, révèle l’envoyé spécial du Figaro dans cette ville de l’Oural. Elle risque 20 ans de prison…

Les créatifs du monde entier ont su reconnaître le courage d’Aksana Panova. Il est maintenant plus que jamais utile de pointer du doigt une fois de plus le danger d’être journaliste dans certains pays, et ne pas l’abandonner au moment où elle est en danger. A vos plumes et à vos souris…

Isabelle Musnik

La rédaction

À lire aussi sur le même thème

10/09/2021
Peur sur la ville

Non je ne vais pas vous parler de Bébel, mais de Xavier. Xavier, c’est le nom de ce robot déployé pendant trois…

Allez plus loin avec Influencia

the good newsletter

LES FORMATIONS INFLUENCIA

les abonnements Influencia