12 février 2017

Temps de lecture : 2 min

Des publicitaires inventent un jeu de cartes spécial faits alternatifs

Tous les géants du web sont déjà montés au créneau pour prendre position contre le décret de Donald Trump interdisant l'entrée temporaire aux Etats-Unis aux ressortissants de sept pays musulmans. Les marques aussi s'y sont mises, comme par exemple Dove. Le nouveau locataire de la Maison-Blanche inspire également les pubards, comme ceux qui viennent de lancer le jeu de cartes satirique, "Alternative Facts ".

Tous les géant du web sont déjà montés au créneau pour prendre position contre le décret de Donald Trump interdisant l’entrée temporaire aux Etats-Unis aux ressortissants de sept pays musulmans. Les marques aussi s’y sont mises, comme par exemple Dove. Le nouveau locataire de la Maison-Blanche inspire également les pubards, comme ceux qui viennent de lancer le jeu de cartes satirique « Alternative Facts « .

Mieux vaut en rire qu’en pleurer. L’adage est connu et ce n’est pas un hasard si l’histoire prouve que la créativité culturelle et l’audace artistique profitent des crises économiques et politiques. Face aux dérives autocratiques et réactionnaires d’un président mal élu et déjà risible, une équipe de pubards nord-américains oppose la satire et la moquerie par le jeu. Leur carte est un jeu qui en contient 56 et prend le contre-pied humoristique des faits alternatifs érigés par Donald Trump en communication gouvernementale. Intitulé « Alternative Facts », le jeu est disponible seulement aux Etats-Unis, au Canada et au Royaume-Uni. Pour l’instant.

Conçu par des designers -dont les lauréats des Clio Awards, Augustus Cook and Zack Roif, des planners stratégiques et des auteurs de l’industrie publicitaire chez l’Oncle Sam, « des Américains naturels pur jus » comme ils se présentent avec ironie- le jeu de cartes se veut un mélange du très populaire Cards Against Humanity et d’un bon vieux vrai-faux. Le principe ? Un joueur lit l’affirmation inscrite sur une des cartes, qu’il vient de tirer au sort, à un joueur de l’équipe adverse. Celui-ci doit deviner si l’information est vraie ou fausse… heu pardon, ou s’il s’agit d’un fait alternatif. Si vous avez juste, vous gardez la carte et le premier qui en possède quinze a gagné, à condition, une fois collectée la dernière, qu’il affirme à voix haute « je connais les cartes. J’ai les meilleures cartes ».

Le texte récité par le vainqueur se fout évidemment de la tête du successeur de Barack Obama, l’homme qui sait tout, aime tout et fait tout en mieux. Pour corser le jeu et se payer un peu plus la pomme du locataire de la Maison-Blanche, « Alternative Facts » possède des cartes « Trump », « qui sont très dangereuses et peuvent ruiner les chances de votre équipe, par exemple en vous faisant déporter, explique le site web du jeu. Dans leurs réponses très drôles aux « Questions Fréquemment Posées », les créateurs jouent sur toutes les mêmes ficelles satiriques qui font le bonheur des talk-shows européens depuis plusieurs semaines. Comme par exemple, le très viral faux-spot de promotion touristique « The Netherlands welcomes Trump in his own words » de l’émission néerlandaise « Zondag Met Lubach », visionné plus de 22 millions de fois.

Après moins d’un mois au pouvoir, Donald Trump a donc réussi l’exploit d’avoir déjà créé des codes d’imitation et de moqueries à son encontre. Disponible pour 13 euros en Amérique du Nord et outre-Manche, le jeu reverse 10% de ses revenus à l’American Civil Liberties Union, devenue très active depuis le décret polémique du président républicain interdisant d’accès au territoire les ressortissants de sept pays musulmans. Sur la plateforme de crowfunding, Kickstarter, la société Frog God Games présente un jeu de cartes au nom et au principe quasi identiques. Comme quoi Trump inspire. Même les marques s’y sont déjà mises, comme par exemple Dove et sa campagne print sur les faits alternatifs.

Adler Benjamin

Allez plus loin avec Influencia

the good newsletter

LES FORMATIONS INFLUENCIA

les abonnements Influencia