7 décembre 2016

Temps de lecture : 3 min

Publi-info: un nouvel élan pour SUP de CREATION, l’école de «la Big Idea»

SUP de CREATION vient de rejoindre SUP de PUB au sein du groupe INSEEC, une bonne occasion de faire le point avec Philippe Cattelat, sur la stratégie de ces deux écoles, désormais réunies au sein d’un même groupe, qui forment une grande partie des teams créatifs français les plus talentueux depuis plus de vingt ans.

SUP de CREATION vient de rejoindre SUP de PUB au sein du groupe INSEEC, une bonne occasion de faire le point avec Philippe Cattelat, sur la stratégie de ces deux écoles, désormais réunies au sein d’un même groupe, qui forment une grande partie des teams créatifs français les plus talentueux depuis plus de vingt ans.

Comment se passe l’arrivée de SUP de CREATION au sein du groupe INSEEC ?

Philippe Cattelat : l’école est devenue la 3e école consacrée au secteur de la communication et de la création aux côtés de SUP de PUB et de CREA Genève dans notre groupe. Cette école, très spécialisée basée à Roubaix puis à Lille gardera son offre spécifique de programme et son mode de recrutement original au sein de l’INSEEC et restera une concurrente de SUP de PUB.

Au niveau du management, c’est Nicolas Cerisola, qui a développé avec succès la filière Direction Artistique de SUP de PUB à Paris depuis quelques années qui succède à Hervé Pommier, le directeur historique de SUP de CREATION. Nous allons rapatrier une partie des programmes à Paris et ouvrir d’autres sections toujours dans le secteur créatif. A SUP de PUB, Anne-Françoise Stasser dirige la pédagogie et gère désormais la forte croissance de l’école à Paris. Nous avons également pu développer avec succès deux autres établissements à Lyon et Bordeaux qui connaissent une progression continue depuis leur création. L’ensemble compte près de 2800 étudiants.

Comment va-t-elle se distinguer de SUP de PUB ?

PC : les deux ADN sont très différents. SUP de PUB repose désormais sur trois grands métiers qui sont la Communication et la Stratégie des marques, la Création et le Digital. Elle a vocation à rester le leader sur ces trois grands secteurs. Nous faisons travailler les étudiants ensemble le plus souvent possible grâce à des compétitions très « réalistes » leur permettant d’avoir une vision stratégique claire et de caler leurs propositions créatives en fonction de cette vision, l’école a pris la première le virage du digital il a 8 ans, 50% de nos étudiants sont inscrits actuellement dans des filières digitales.

SUP de CREATION est avant tout l’école de la « Big Idea » elle forme des teams créatifs en deux ans, de manière plus classique, ils sont très polarisés sur la qualité de leur book. Nous allons les préparer de manière plus intensive à la production sous toutes ses formes. Deux écoles donc, deux méthodes différentes pour arriver aux meilleures propositions créatives, une offre qualitative et technique sans équivalent aujourd’hui dans le milieu de la formation supérieure.

Quelle stratégie en commun ?

PC : c’est à l’international que les étudiants vont pouvoir travailler ensemble, tout d’abord à Londres dès la rentrée prochaine où nous développons un programme en « Art Direction and Creative Thinking » puis à Berlin et en Asie en 2018. Le problème que nous rencontrons chez les créatifs est souvent un niveau d’anglais assez faible qui les handicape pour les carrières internationales. Heureusement les agences françaises sont de plus en plus présentes dans les grands pays émergents qui tirent la croissance (La Chine, le Golfe, l’Amérique Latine) et sont de très bons tremplins pour ceux d’entre eux qui tentent l’aventure. Nous renouvelons également nos accords internationaux avec de nouvelles destinations comme l’Afrique du Sud, leader sur son continent, l’Inde et la Corée, le pays le plus connecté d’Asie, SUP de CREATION va bénéficier de ce réseau.

Comment se passe l’insertion des jeunes diplômés ?

PC : pour les meilleurs créatifs c’est l’idée, encore et toujours la bonne idée qui reste la clef du recrutement, ce sont ceux que nous retrouverons à peine sortis de nos écoles dans les classements et les grands prix, c’est un parcours ultra sélectif qui ne concerne que quelques dizaines d’étudiants par an. Pour les autres, la capacité à produire et la maitrise de certains outils techniques fera la différence. Nous proposons désormais à SUP de CREATION ces deux manières d’envisager une carrière professionnelle créative. Notre trés bon développement global sur les filières digitales depuis 10 ans nous permet d’avoir un coup d’avance à ce niveau. Nous allons également pouvoir travailler au quotidien avec l’ECE TECH, une école numérique  qui a récemment rejoint le groupe INSEEC. Nous partagerons le même campus à Paris dans le 15éme lors de la rentrée universitaire 2017.

Boisseau-Potier Christèle

À lire aussi sur le même thème

Allez plus loin avec Influencia

the good newsletter

LES FORMATIONS INFLUENCIA

les abonnements Influencia