4 novembre 2014

Temps de lecture : 3 min

Pub, internautes et réseaux sociaux : qui fait quoi ?

Savoir qui poste et lit quoi sur chaque réseau social est une clef du marché gargantuesque de la pub online. Pour aider les professionnels, Business Insider Intelligence a compilé les données de douze études de 2013 et 2014 dont nous vous révélons certains chiffres...

Savoir qui poste et lit quoi sur chaque réseau social est une clef du marché gargantuesque de la pub online. Pour aider les professionnels, Business Insider Intelligence a compilé les données de douze études de 2013 et 2014 dont nous vous révélons certains chiffres…

Les ados désertent-ils Facebook pour Snapchat ? Instagram est-elle surtout une plate-forme prisée par les femmes ? YouTube est-il l’apanage des plus jeunes ? Pour mieux engager sur les réseaux sociaux, les marques doivent bien savoir quelle catégorie de population se cache derrière les utilisateurs. Dans un nouveau rapport, Business Insider Intelligence a compilé des données de douze sources différentes pour comprendre les tendances et les changements des catégories démographiques derrière chaque poste. La conclusion ? Les réseaux sociaux les plus anciens atteignent le stade de la maturité, les plus récents attirent les jeunes beaucoup plus rapidement.

Si vous souhaitez vous procurer le rapport complet, il faudra sortir la carte de crédit pour bénéficier des deux semaines d’essai gratuit. Magnanimes que nous sommes, nous vous livrons quelques postulats établis par cette étude très intéressante. Sachez donc en premier lieu que Facebook reste en majorité une plate-forme féminine. Aux Etats-Unis en 2013, les femmes étaient 10% plus nombreuses que les hommes à utiliser le premier réseau social de la planète. Quand on sait que chez l’Oncle Sam le beau sexe représente plus de 80% des achats du ménage, le directrice générale et féministe avérée Sheryl Sandberg peut s’en féliciter.

L’attraction de Facebook chez la gent féminine est d’autant plus cruciale pour ses revenus publicitaires que ce sont d’abord les adolescentes qui en raffolent. Cibles ultra prisées des marques, elles ont passé pour presque la moitié d’entre-elles encore plus de temps sur le réseau social que l’année précédente. C’est bien simple, le géant possède plus d’utilisatrices ados au quotidien que n’importe quel autre réseau social.

Instagram plus prestigieux que Twitter

Selon une étude publiée par eMarketer en mars 2014, Facebook est passé l’an passé de 5,4% à 17% de parts sur le marché global de la publicité sur mobile. Sa croissance devrait croître à 21,4% cette année et les chiffres fournis par BI Intelligence confirment la montée en régime de Facebook sur le terrain de jeu de Google. Racheté par Mark Zuckerberg pour 1 milliard de dollars en 2012, Instagram n’est pas un acteur majeur sur le marché de la pub online sur mobile. Du moins pas encore. La plate-forme de partage et d’édition de photos fourbit ses armes et peut déjà se targuer d’être perçue comme « plus importante » que Twitter et Facebook parmi les ados nord-américains. C’est Piper Jaffray dans un rapport dévoilé en avril 2014 qui tirait cette conclusion.

Entre les automnes 2012 et 2013, Instagram a attiré 18% des « teens » : ils étaient 12% à considérer la plate-forme comme leur réseau le plus important il y a deux ans, ils sont 30% depuis l’année dernière. Après avoir détrôné Facebook en 2012, Twitter perd donc sa couronne. Sans vraiment que cela nous surprenne, Piper Jaffray révèle qu’Instagram est utilisé chez 83% des adolescents les plus riches.

YouTube fait mieux que les chaînes câblées

Moins prestigieux aux yeux des adolescents, Twitter se virilise à en croire le Pew Research Center, qui selon des chiffres de janvier 2014 est utilisé par 22% des hommes contre 15% des femmes. Quand nous apprenons le 28 octobre par MarketShare que Twitter a généré plus de 500 millions d’euros de ventes de voitures en 2013 aux Etats-Unis, nous comprenons tout de suite mieux.

Quid de LinkedIn, YouTube et Snapchat ? Nous y venons. Très en cour parmi les 30-49 ans éduqués, le leader mondial du réseau professionnel est plus populaire que Twitter chez les adultes nord-américains. Vraiment ? Et oui ! Moins surprenant, YouTube, selon Nielsen, touche plus de 18-34 ans que n’importe quel réseau câblé télévisuel. Les millennials le classent comme premier support pour consommer du contenu visuel, devant Facebook et ESPN.

Enfin, Snapchat, le dernier chouchou des ados qui a récemment refusé une proposition de rachat de Facebook à plus de 2,5 milliards d’euros, est particulièrement prisé par les 18-24 ans, d’après Informate. Par comparaison, Instagram rassemble 28% d’utilisateurs dans la même catégorie de population.

Benjamin Adler / @BenjaminAdlerLA

Pour info : Les principaux formats pub de Facebook, Twitter, Instagram, Google+ et LinkedIN via Flightpath.com

La rédaction

À lire aussi sur le même thème

Allez plus loin avec Influencia

the good newsletter

LES FORMATIONS INFLUENCIA

les abonnements Influencia