18 avril 2012

Temps de lecture : 2 min

A propos de l’imprévisible

L’imprévisible a toujours existé, simplement il est aujourd’hui de plus en plus présent. Désormais, l’imprévisible*, l’impensable, l’inimaginable, même dans les rêves les plus sombres, peut désormais arriver…

Il sera régulièrement présent car le monde bouge vite, très vite. Il est en mouvement permanent, nous forçant à vivre dans le temps réel. Les évènements récents, le Concordia, le mot Ferrari interdit en Chine , en passant par des évènements tragiques comme 50 morts dans une ferme Bio, le constat étonnant de l’OCDE (partout où il y a reprise économique, il y a augmentation de la pollution), le succès imprévisible de The Artist (démontrant que parfois l’imprévisible peut être une bonne nouvelle), un directeur de création d’une maison de couture qui perd les pédales… Je pourrais écrire 200 pages pour énoncer tous les évènements imprévisibles survenus en un an.

Conséquences de l’imprévisible: les entreprises doivent devenir réactives, agiles, mobiles, adaptables dans tous les domaines. Ont-elles la volonté de changer leurs façons de réfléchir et d’agir?

Du monde d’avant au monde d’après

“Le monde d’avant“ avait été façonné, construit pour être dominé par la théorie, la logique, la déduction, l’optimisation, la modélisation, nos illusions et nos certitudes. Le prévisible était le socle de nos réflexions. Les universités et les écoles ont bâti leurs enseignements sur ces théories et plusieurs générations ont entendu ces discours rassurants, problèmes/solutions. Et, nous sommes partis à la conquête du monde avec ce bagage confortable, et ça dure encore, reconnaissons-le

C’est avec ces théories, ces certitudes et ces illusions, que nous avons construit ce monde du désordre. Nous avons inventé des théories de confort, pour «domestiquer» l’univers, créer un monde «normalisé», «colonisé», un monde de l’ordre. “Les poubelles de l’histoire sont ainsi remplies de tendances prolongées” (Alphonse Allais). Et puis quoi inventer d’autres? Et pourquoi? L’incendie n’était pas déclaré. Où étaient les experts à part quelques hurluberlus qui osaient critiquer un système bien huilé? Sans le savoir, nous avons fait comme le disait Einstein, “l’absurdité consiste à faire et refaire chaque jour en pensant que ce sera différent”.

Le monde d’après

Seul problème, les experts en prévisions n’avaient pas prévu que le monde pouvait devenir imprévisible…. Avec l’imprévisible, le challenge des entreprises change tout comme nos pensées intellectuelles. Le problème majeur n’est pas de gérer au mieux, le problème est de savoir réagir à l’imprévu et de savoir s’adapter.

Notre horizon devient sur le long terme fractionné en année de 12 mois. Un «temps courts» censé nous amener plus de longévité… L’imprévisible nous impose son «tempo». La mobilité, la flexibilité, l’agilité et la réactivité vont devenir les challenges permanents des entreprises. L’entreprise, le management, le marketing et la communication vont devoir devenir mobiles, tout comme notre mental va devoir inventer plus vite, même si c’est “trop vite” comme le dirait Jean-Louis Servan-Schreiber.

L’imprévisible est là et bien là. Il ne sert à rien de regarder en avant avec les yeux dans le dos, nous sommes face à face avec une personne inconnue…

Michel Hébert / nologic consulting
Auteur de «le marketing et la communication face à l’imprévisible»

La rédaction

À lire aussi sur le même thème

Allez plus loin avec Influencia

the good newsletter

LES FORMATIONS INFLUENCIA

les abonnements Influencia