3 janvier 2017

Temps de lecture : 3 min

« La problématique de la pyramide inversée des pouvoirs »

Comment manage-t-on les stars et les talents? Gère t-on une marque comme Elite World comme n’importe quelle autre marque ? Christophe Chenut, le tout nouveau ceo du réseau mondial d'agences de mannequins viendra répondra à ces questions lors du prochain club Edouard VII* le 10 janvier.

Comment manage-t-on les stars et les talents ? Gère t-on une marque comme Elite World comme n’importe quelle autre marque ? Christophe Chenut, le tout nouveau CEO du réseau mondial d’agences de mannequins viendra répondra à ces questions lors du prochain club Edouard VII (*) le 10 janvier.

INfluencia : vous avez un parcours très complet: agence, médias, annonceur (DDB, l’Opinion, L’Equipe, Lacoste…). Pourquoi avoir accepté de prendre la tête d’ Elite ?

Christophe Chenut : Je n’ai pas accepté, c’est Elite qui m’a accepté car j’ai postulé spontanément! En fait j’ai appris que la CEO était partie et j’ai eu envie de proposer ma candidature au bluff. Toute ma carrière j’ai aimé diriger des entreprises composées de talents et de gens à fortes personnalités. Après les créatifs, les créateurs, les footballeurs ou les journalistes, il me manquait les mannequins…

IN : gère t-on une marque comme Elite comme toute autre marque ?

CC : d’une certaine façon oui, car comme toute vraie marque elle a des gênes, un héritage, une histoire d’innovations et un positionnement à respecter, renforcer et sur lequel bâtir. J’y serai évidemment très sensible et très attentif. En revanche, comme elle s’exprime essentiellement au travers de personnes et peu au travers de produits, on ne peut pas toujours tout planifier ni maîtriser.

IN : manage t-on des stars comme tout autre salarié ?

CC : bien sûr que non ! C’est une thématique qui m’est chère et qui est devenue au cours du temps un objet de conférences, de cours, voire un projet de livre de management pour moi. J’appelle cela : « la problématique de la pyramide inversée des pouvoirs » et j’en parlerai lors de mon intervention au club Edouard VII. C’est peut-être cette analyse qui a convaincu le propriétaire d’Elite de me recruter…

IN : où en est Elite aujourd’hui ?

CC : Elite est un réseau leader dans le domaine du Model Management. Nous sommes présents à New York, Paris, Londres, Milan, Barcelone, Amsterdam, Copenhague, Prague, Bratislava et en Chine. Il y a environ 500 collaborateurs (hors talents et mannequins bien sûr). Au delà du Model Management, Elite a deux actifs avec le développement de sa marque en licence et surtout le Elite Model Look, concours annuel mondial de recrutement de nos futurs mannequins stars qui existe depuis 1983.

IN : quel est votre projet pour ce réseau mondial d’agences de mannequins? Quels développements prévoyez-vous ?

CC : il est encore un peu tôt pour en parler officiellement. Il y a d’un côté un développement géographique à opérer et certainement un élargissement des univers de talents que nous pouvons gérer (sportifs, artistes, etc…). Ensuite les réseaux sociaux offrent de nouvelles opportunités, mais tout cela vous le découvrirez quand je reviendrai dans un an au Club…

IN : comment Elite va t-il communiquer désormais ?

CC : nous avons la chance de gérer des talents de notoriété mondiale qui cumulent des centaines de millions de followers sur les différents réseaux sociaux.  C’est évidemment une richesse que nous devons exploiter avec professionnalisme. Par ailleurs le développement de la marque Elite sous licence et Elite Model Look doivent  nous permettre de toucher le grand public plus largement et qualitativement.

(*) Créé en 2009 par deux entrepreneurs, Bruno Ennochi et Stéphane Attal,  le club  réunit aujourd’hui 1 000 dirigeants de PME. Parmi ses partenaires : INfluencia, l’Opinion, les Editions de l’Avant-Scène, le cabinet Expertise et Conseil, myconcierge.fr. Le principe est simple : une adhésion annuelle de 700 € HT (840 € HT) permet la participation aux petits déjeuners /débats mensuels, la possibilité d’inviter une personne à chaque petit déjeuner/débats, et d’avoir accès aux autres activités du club. Chaque invité devra s’abonner pour revenir. Enfin, il est possible de constituer une table en invitant ses propres clients pour 500€ par petit déjeuner. Pour s’inscrire, c’est ici. Prochains rendez-vous, le mercredi 22 février, avec Alexandre Jardin, fondateur du mouvement citoyen Bleu, Blanc, Zébre, candidat à l’élection présidentielle de 2017. et le mercredi 22 mars, avec Alexis de Gemini CEO France de Deezer.

Musnik Isabelle

Allez plus loin avec Influencia

the good newsletter

LES FORMATIONS INFLUENCIA

les abonnements Influencia