15 septembre 2010

Temps de lecture : 1 min

Prisme déformant

Exercice de style forcément court, la publicité est contrainte d’avoir recours aux symboles et aux caricatures pour faire passer ses messages. La dernière campagne pour le réseau d’agences immobilière Century 21 n’échappe pas à la règle. L’action se déroule dans une galerie de ce que l’on suppose être de l’art contemporain. Par Patrice Duchemin...

Et comment représente-t-on une galerie d’art contemporain dans la pub? Par un espace tout blanc dans lequel on fait évoluer un homme «culturel», comprenez doté d’un air légèrement hautain, de lunettes à la monture épaisse et d’un col roulé forcément noir.

C’est dans ce cadre qu’intervient la femme Century 21, celle qui est tellement passionnée par son métier qu’elle voit le monde entier comme un marché immobilier. Et la voilà en train de faire part à l’intellectuel de service de son point de vue sur une peinture figurant une maison: « une maison comme ça, avec du charme, sans vis-à-vis, franchement, vous pouvez en demander beaucoup plus que 20.000 euros», annonce-t-elle, sûre d’elle et faisant référence au prix affiché de « l’œuvre». Impossible de ne pas reconnaître son professionnalisme… immobilier.

«Century 21, qui s’y connaît aussi bien? » nous demande la voix off. Certes. Reste tout de même à savoir dans quel domaine… Que nous dit finalement ce spot ? Que nous regardons tous l’art à l’aune de nos valeurs et de nos préoccupations. Qu’il s’agisse de ceux qui en sont spectateurs, et tant pis s’ils récoltent au passage le mépris des artistes, ou de ces derniers dont les œuvres ne peuvent être que le fruit de leur regard et de leur histoire. Un réel, des réalités.

Cliquez ici pour voir le film « La Galerie »

Patrice Duchemin  / Planning & Tendances
Réagissez sur redaction@influencia.net

La rédaction

Allez plus loin avec Influencia

the good newsletter

LES FORMATIONS INFLUENCIA

les abonnements Influencia