29 février 2012

Temps de lecture : 1 min

Le préservatif qui protège autrement

Faire l’amour oui, en parler non. Dans la Cité-Etat de la péninsule malaise, le sexe se pratique en douce en toute hypocrisie. Pour rester dévergondé en toute discrétion, les préservatifs japonais Okamoto lancent une gamme de produits pratiques.

En collaboration avec la branche néo-zélandaise de TBWA/Tequila, le fabricant de capotes nippon crée carrément sa propre gamme d’objets pour camouflage sexuel. Dans un pays où la culture empêche toute promotion publique du coït, et où reconnaître son intention et ses pratiques sexuelles est mal vu, l’Okomato Freedom Project propose aux Singapouriens un vrai kit pratique du savoir faire l’amour sans se faire prendre. Dans une société où beaucoup de jeunes trentenaires vivent encore sous le toit familial, l’initiative est aussi bien sentie qu’osée.

Car pour promouvoir son fonds de commerce, Okomato a sorti l’artillerie créative. Son arsenal est varié: le camouflage urbain (40 euros à l’achat) permettant à une voiture de paraître vide en pleins ébats charnels; le préservatif emballé sous forme de dessous de verre (4 euros), pour accompagner sa boisson en bar ou discothèque; ou bien carrément une application gratuite pour smartphone prévenant telle une alarme, de l’arrivée des parents dans les parages de l’accouplement des sens.

Cette initiative ne serait pas complète sans l’inévitable interactivité avec le public. Le visiteur du site Internet du projet est invité à fournir de nouvelles idées à la marque japonaise. Le concours révèlera son lauréat le 15 mars.

Benjamin Adler

                        Les dessous de verre                                                                        Le camouflage de voiture
      

La rédaction

À lire aussi sur le même thème

Allez plus loin avec Influencia

the good newsletter

LES FORMATIONS INFLUENCIA

les abonnements Influencia