6 octobre 2010

Temps de lecture : 1 min

Port de la casquette obligatoire

Quoi de neuf cette semaine? La SNCF, décidément très présente en ce moment dans les médias et avec des créations qui en disent long sur ses intentions non avouées. Après avoir transformé ses gares en music-halls, histoire de nous faire chanter et danser en allant prendre le train, la voici désormais désireuse de mettre en avant ses vertus relationnelles. Comprenez: regardez comme c’est sympa d’être à bord d’un train. Par Patrice Duchemin...

Et, puisque symbole il doit y avoir, pourquoi ne pas prendre la casquette de celui que l’on appelait «autrefois» le contrôleur, devenu aujourd’hui «chef de bord», une dénomination aux évocations beaucoup plus conviviales? S’ensuit cette campagne d’affichage « complice » où chaque typologie de voyageurs s’essaye à l’exercice du port de la casquette. Les apprentis psy ne pourront s’empêcher d’y voir, de nouveau, le signe d’une volonté du transporteur de s’échapper de ses responsabilités.

Suggérer métaphoriquement que ses clients sont habilités à porter la casquette «maison», c’est tout d’abord se situer dans le registre du jeu, suggérer que l’on peut se déguiser en agent de la SNCF aussi facilement qu’en Zorro ou en princesse. L’habit suffit-il à faire la fonction? N’est-ce pas aussi pour la SNCF une manière de nous lancer l’idée que ce sont ses clients qui font désormais son travail?

 Après tout, en achetant  – difficilement vu la complexité des grilles tarifaires – nos billets en ligne, en les imprimant à la maison et en les compostant sans l’aide d’aucun «professionnel», ne devenons nous pas, chaque jour un peu plus, des membres actifs et responsables de la SNCF? D’ici à ce qu’elle soit tentée de nous faire porter le chapeau au moindre disfonctionnement…

Patrice Duchemin  / Planning & Tendances
Réagissez sur redaction@influencia.net

La rédaction

Allez plus loin avec Influencia

the good newsletter

LES FORMATIONS INFLUENCIA

les abonnements Influencia