5 juillet 2011

Temps de lecture : 3 min

Pornwikileaks, Wikipol et consorts, les dignes héritiers de Wikileaks

Si Wikileaks disparaît un jour, on peut d’ores et déjà dire que la relève est assurée. Passage en revue des enfants illégitimes du plus populaire des sites Internet…

Julian Assange n’est pas seulement le cauchemar des plus grandes nations et intérêts économiques diverses. Il est aussi une véritable source d’inspiration pour toutes les formes d’activismes et contestataires désireux de mettre sur le devant de la scèneles magouilles et autres malversations des sphères influentes et économiques.

Quelles que soient ses motivations à vouloir à tout prix offrir la vérité, le récent quarantenaire né à Townsville un 3 juillet 1971 a enclenché un véritable concept de contestation populaire. Une machine qui commence depuis peu à porter ses fruits sous diverses formes. INfluencia présente les différentes émanations de Wikileaks, l’interface la plus provocatrice de ce début de siècle… Pas étonnant que Julian Assange, ait été élu l’homme le plus influent de l’année 2010 par Times Magazine…

OpenLeaks.org: l’autre visage de WikiLeaks…
Première épine dans le pied de Julian Assange avec début 2011, la création d’OpenLeaks.org par l’un des fondateurs de Wikileaks, Daniel Domscheit-Berg, fatigué selon ses dires de la mégalomanie de l’Australien. Le site reprend la pertinence des informations de Wikileaks mais officie plus comme une agence de presse alimentant les ONG et autres agences de presse officielles (Reuters, AFP, Associated Press, etc.).

Greenleaks.com / org: des Ecolos enfin unifiés…
Il a été fondé par un regroupement international de journalistes, juristes et défenseurs écologiques de tout bord. Le projet a pour mission d’amener sur la place publique des rapports scientifiques ou étatiques jamais publiés. L’instigateur du site est encore un Australien. Un peuple décidément révolté…

Rospil.info: des Russes contre la toute puissance étatique…

Cette plateforme expose aux yeux de la population les malversations de son élite. Des documents mettant en avant de la corruption à grande échelle et mêlant à la fois les politiciens, l’administration et les oligarques russes. Un vrai pot-pourri des détournements avec en ligne de mire les grandes entreprises énergétiques comme Gazprom.

Pas évident de mener la contestation dans un pays où le moindre opposant peut se faire «rectifier» à chaque coin de rue. En attendant une version anglaise, on leur souhaite si leur travail est juste, bien du courage…

PornWikileaks.com: les excès du porno mis à jour..

Sûrement l’inspiration la plus exubérante de Wikileaks! On le sait bien, l’industrie du porno regorge d’opportunistes et d’affairistes en tout genre prêts à jeter en pâture la moindre jeune fille correctement constituée pour faire tourner son business.

A cela s’ajoutent la drogue et les maladies sexuellement transmissibles et le milieu peut vite devenir un cauchemar pour ceux qui y gravitent…

L’interface dénonce les scandales économiques mais aussi les acteurs ou actrices ne se protégeant pas pendant leurs galipettes devant la caméra ou dans leur vie privée. Des cas de racisme sexuel sont aussi à l’honneur sur ce site qui mériterait un design un peu plus soigné.

Quand aux Français, ils ne sont pas en reste avec:

Frenchleaks.fr: le premier des Frenchie’s

Edité par Mediapart, le site a pour vocation la diffusion de documents d’intérêts publics concernant la France et l’Europe. Ce media a été voulu par ses fondateurs, dont Edwyn Plenel, comme un outil documentaire et un instrument d’alerte.

Wikipol.fr: Science Po s’engage!

Engendré par Slate.fr et en partenariat avec la section journalisme de Science Po, le site utilise les leviers de la participation pour exister. Elaborée comme une plateforme communautaire et collaborative, l’interface a pour mission de décortiquer les personnages politiques et influents et ainsi amener des informations essentielles relatives à toutes formes d’abus.
Les sujets sont ensuite vérifiés par les journalistes de Slate.fr avant d’être publiés. L’objectif pour 2012 est un dictionnaire vivant des principaux personnages politiques de notre pays.

InfluenceNetworks.org: le plus beau!

Le projet a été conçu comme une plateforme opensource qui met en relation les différents acteurs issus du public, des institutions et des milieux professionnels. Chaque information est présentée avec un niveau de crédibilité qui permet de différencier les ragots des infos majeures. Déjà plus de 1330 usagers participent au bon fonctionnement du site…

Initiée par Owni avec l’Observatoire du journalisme, Zeitonline et Transparency International, l’’interface est sûrement la plus jolie et innovante des sites évoqués dans cet article…

Wikileaks13.fr: mort-né…

Le Wikileaks version Cannebière n’aura pas fait long feu. Son fondateur, Philippe Sion voulait dénoncer les abus politique et financiers (copinages, marchés publics bidon, gaspillages et autres passe-droits) dont souffrait sa région.

Le site de l’indignation citoyenne» n’aura pas résisté aux assauts répétés de l’élite locale effrayée par les informations diffusées par cet ingénieur territorial rattaché au conseil général. Aujourd’hui Wikileaks13 n’est plus qu’une page de connexion WordPress mais nous voulions juste remettre cette tentative, non pas à l’honneur, mais à la lumière…

Gaël Clouzard

La rédaction

Allez plus loin avec Influencia

the good newsletter

LES FORMATIONS INFLUENCIA

les abonnements Influencia