5 mai 2021

Temps de lecture : 5 min

Podcasts : France Bleu puise dans les territoires les ressorts d’histoires universelles

Les podcasts originaux de France Bleu s’appuient sur des thématiques locales pour raconter des histoires avec une dimension et une résonance universelle. Ophélie Wallaert, directrice du numérique du réseau de stations locales de Radio France, et le journaliste Lionel Cariou, expliquent les ressorts et les ambitions de cette production atypique.

Des montagnes du Caucase au Pot-au-noir du Pacifique, en passant par le ponton du chalutier Joseph Roty II et même jusqu’à Mexico sur les traces du piolet qui a servi à assassiner Trotski… Si les horizons vers lesquels les podcasts originaux de France Bleu transportent leurs auditeurs sont souvent très éloignés de l’hexagone, ils ont bel et bien été imaginés et réalisés au plus près de nos territoires. A France Bleu Isère pour La Folie des Hauteurs, série de 6 podcasts sur l’univers de la montagne lancée en juillet 2020 et pionnière du genre au sein du réseau des 44 stations locales de Radio France, et à France Bleu Breizh Izel pour Histoires salées, qui propose depuis mars 2021 un épisode par mois autour d’histoires de bateaux hors du commun, de campagnes de pêche et autres aventures maritimes. La série Le Confin des contes est quant à elle née plus à L’Est, d’une initiative du comédien et humoriste lorrain Nicolas Turon. Pendant le premier confinement, il avait décidé d’écrire un conte original par jour en partant d’une idée soufflée par ses enfants. Une sélection de dix de ces contes avait été enregistrée par France Bleu Lorraine Nord, qui en a proposé dix autres au moment de Noël.

Faire converger le thème et l’identité de la station

« Les podcasts originaux réalisés au plus près des territoires permettent de faire converger l’identité de la station et la série. Ils résonnent différemment auprès d’un public qui cherche de la singularité, permettent de faire un pas de côté par rapport à ce que les antennes proposent dans leur grille, peuvent s’écouter en mode binge… », souligne Ophélie Wallaert, directrice du numérique France Bleu. D’autres projets sont en cours ou vont suivre. Certains sont issus du premier podcast challenge organisé l’an dernier, qui avait déjà abouti à la création d’Histoires salées. Une autre série a été conçue par France Bleu Loire Océan autour du Hellfest, festival de Heavy Metal organisé au mois de juin à Clisson en Loire-Atlantique. Elle sortira en juin au moment où aurait dû se tenir l’édition 2021, annulée en raison de la crise sanitaire. Une série sur les loups, initiée cette fois par un journaliste de France Bleu Alsace, partira à la rencontre des anti et pro loups, abordera le sujet avec une approche sociologique, philosophique… « Ce sujet autour d’un animal très clivant avait fait l’unanimité lors du comité de sélection. Ces podcasts ont vocation à aller chercher d’autres publics que celui de la station. La série sur le Hellfest peut intéresser le public traditionnel du festival, mais aussi des gens qui aiment le Heavy Metal ou des habitants de Loire-Atlantique qui vont peut-être changer leur regard sur cet événement », ajoute-t-elle.

Du territoire géographique au territoire culturel

Les podcasts de France Bleu sont incarnés par des voix des antennes, qui y trouvent d’ailleurs une autre manière de travailler, à l’instar de Lionel Cariou, journaliste matinalier à France Bleu Isère. Grand consommateur de podcasts et adepte des sports de montagne depuis une quinzaine d’années, il est à l’origine de La Folie des Hauteurs. « Le podcast offre une grande liberté sur la forme. C’est un vrai travail d’auteur, qui demande beaucoup de recherche. Ce format permet de sortir d’un territoire géographique pour aborder le territoire culturel de la montagne. Avec Simon Berthier, réalisateur metteur en ondes, nous essayons de proposer des histoires de montagne positives, qui peuvent se passer en Savoie ou ailleurs », explique-t-il. Les nouveaux épisodes, proposés en juin, garderont le même cahier des charges que la première salve : « pas de biographie mais des histoires qui présentent un moment de bascule autour d’un personnage. » La saison 2 partira par exemple sur les traces de Nadir Dendoune, habitant de Seine-Saint-Denis parti escalader l’Everest sans aucune expérience de la montagne, d’Henri Guillaumet dont l’accident dans les Andes avait été rapporté par Antoine de Saint-Exupéry dans Terre des Hommes, de Micheline Rambaud, Grenobloise qui a pris part à la première expédition féminine dans l’Himalaya en 1959, de Catherine Destivelle qui a ouvert une nouvelle voie à Chamonix… Le journaliste s’est visiblement pris au jeu puisqu’il réfléchit déjà à la saison 3 : « Ce sera peut-être un récit à la première personne, pour parler du hors champ, partager ses doutes… ».

Le fait divers en ligne de mire

D’ici là, France Bleu aura lancé un nouveau challenge podcasts, notamment en vue de lancer une collection sur les faits divers. Un groupe de travail réunissant la direction du numérique, des collaborateurs du réseau, des journalistes et des techniciens sera constitué avant l’été pour déterminer un cahier des charges et un canevas qui pourra être identifié par les auditeurs. « Il y a un public d’ailleurs assez vorace autour de ces sujets. Il ne s’agira pas d’aller sur des territoires déjà exploités en podcast – par exemple avec Hondelatte raconte – mais plutôt davantage de s’intéresser aux faits divers qui ont bouleversé une petite commune, qui ont eu un impact sur un territoire… », détaille Ophélie Wallaert. Le réseau pourra d’ailleurs s’inspirer sur plusieurs initiatives lancées localement autour de cette thématique. France Bleu Besançon avait par exemple produit L’affaire Daval, une série de 5 podcasts lancée au moment du procès. La station de Toulouse avait réalisé un documentaire Delphine Jubillard, l’introuvable maman du Tarn, après sa mystérieuse disparition en décembre 2020… Le réseau va aussi poursuivre sa collaboration avec Nicolas Turon. En plus d’une saison 3 du Confin des contes, en préparation pour décembre 2021, cet auteur travaille également sur Meurtre et Moselle, une série de mini-polars proposée cet été sous forme de podcast. Les épisodes sont écrits en collaboration avec les habitants de huit communes du département, qui joueront leur propre rôle.

Pas d’exclusivité pour les séries originales

Pour des équipes habituées à produire du flux, les podcasts sont un nouvel exercice, qui permet d’aborder de nouvelles thématiques. « Chaque épisode est un travail d’auteur qui nécessite beaucoup de recherche. La proximité entre Radio France et l’INA nous permet d’accéder à des archives pour se replacer dans une époque, sans pour autant être dans le sepia, notamment grâce à l’habillage sonore. Il faut aussi se frotter aux questions sur les droits d’auteur, la musique… », témoigne Lionel Cariou. Pour coller aux habitudes d’écoute du podcast, qui se consomme souvent en mode binge, les stations doivent être en mesure avoir la capacité de produire des collections ou de sortir régulièrement des épisodes. Les équipes marketing assurent ensuite la promotion et la distribution de ces œuvres audio : « Nous activons tous les canaux pour que les séries des stations émergent et deviennent des séries France Bleu. Il faut aller chercher les publics sur les sites et l’appli de Radio France, mais aussi les plateformes de diffusion de podcast. Il n’y a donc pas de notion d’exclusivité, comme c’est le cas pour d’autres programmes de Radio France, qui a pris le parti de renvoyer d’abord sur les supports propriétaires du groupe », note Ophélie Wallaert. Si la directrice du numérique de France Bleu ne communique pas sur les chiffres de visionnage, elle indique toutefois que les projets les plus anciens – Sur les Hauteurs et Le Confin des contes – ont « trouvé leur public ». Au niveau du réseau comme dans d’autres médias locaux, un mouvement est lancé. Les premiers exemples donneront sans doute l’envie de se lancer à d’autres stations. Certaines séries pourraient peut-être même devenir des collections qui mobiliseraient plusieurs stations.

Monfort Christine

À lire aussi sur le même thème

Allez plus loin avec Influencia

the good newsletter

LES FORMATIONS INFLUENCIA

les abonnements Influencia