28 octobre 2020

Temps de lecture : 2 min

#PlusJamaisSansMonAccord: l’agence WAT se bat pour les jeunes filles

Peu connu du grand public, Le Centre francilien Hubertine Auclert se bat pour l’égalité femmes-hommes avec ses 217membres, ses 135 associations, 16 syndicats et 66 collectivités locales. Au programme, lutte contre les inégalités et les discriminations fondées sur le sexe et le genre, égalité femmes-hommes et lutte contre les violences faites aux femmes.

Peu connu du grand public, Le Centre francilien Hubertine Auclert se bat pour l’égalité femmes-hommes avec ses 217membres, ses 135 associations, 16 syndicats et 66 collectivités locales. Au programme, lutte contre les inégalités et les discriminations fondées sur le sexe et le genre, égalité femmes-hommes et lutte contre les violences faites aux femmes.
 
Cette fois, avec son agence Wat, l’organisme s’attaque au phénomène de violences sexuelles et sexistes subies par les jeunes filles en collège et au lycée, occultées par le mouvement #MeToo, phénomène qui a emporté tout sur son passage… Médiatiquement parlant.

40% des femmes victimes de violences sexuelles, ont moins de quinze ans

Pour ce faire l’agence WAT a créé une campagne d’affichage massive auprès des adolescentes mais pas seulement. Les garçons sont ici encouragés à s‘engager à leurs côtés. Une initiative intelligente qui insiste sur le fait que « Relayer la photo intime d’une fille sur le net ou l’insulter de p***, mettre une main aux fesses, forcer quelqu’un.e à avoir une relation sexuelle… sont des violences sexuelles tristement banales et répandues au collège et au lycée. L’enquête Virage 2016 estimait que 40% des femmes victimes de violences sexuelles, avaient moins de quinze ans au moment des faits, et que 16% étaient des adolescentes de plus de quinze ans.

Inciter les garçons à s’inscrire dans cette démarche…

« On ne le dit pas assez: les jeunes filles sont majoritairement visées par les violences sexuelles. Face à un tel constat, et alors que l’éducation sexuelle dans les collèges et les lycées reste quasi inexistante, nous avons décidé de donner des outils aux principaux et principales concerné.es pour lutter contre ces violences», déclare Marie-Pierre Badré, présidente du Centre Hubertine Auclert et déléguée spéciale à l’égalité femmes-hommes de la région Île-de-France. Des outils pédagogiques et ludiques pour de sensibiliser directement les adolescent.es. Didactique la campagne permet aux jeunes de repérer et d’identifier les formes spécifiques de violences sexuelles et sexistes. L’enjeu? Les rendre acteurs et actrices de ce combat en leur donnant des clés pour agir et refuser avec le hashtag #PlusJamaisSansMonAccord.

Une campagne combative et efficace

Une campagne combative qui sort cette semaine à travers un site web, de l’affichage massif en Île-de-France, sur les écrans JC Decaux et les Transiliens et surtout, un kit diffusé dès le 2 novembre à l’ensemble des lycées franciliens, en partenariat avec la région Île-de-France pour prévenir et lutter contre le sexisme. Alleluyah.

Alonso Cristina

Allez plus loin avec Influencia

the good newsletter

LES FORMATIONS INFLUENCIA

les abonnements Influencia