13 décembre 2012

Temps de lecture : 3 min

Pledgeit, le crowdfunding personnalisé

Dans sa quête de fonds pour lutter contre le cancer du sang, une association caritative anglaise a créé Pledgeit, une nouvelle forme de crowdfunding dévoué uniquement au financement de ses projets...

« Rendre le bien pour le bien et le bien pour le mal, c’est la bonté efficace », prônait le sage et penseur chinois Lao Tseu. Quand la maxime du père fondateur du Taoïsme s’empare des armes digitales offertes par les nouvelles technologies, la bonté prend un nouveau visage. Que ce soit en permettant le développement des nouveaux services de santé, comme sur Peoplefund.it, ou pour payer les soins d’un enfant dans le besoin à l’instar de Watsi, le crowdfunding a déjà préempté le territoire de la bonne œuvre médicale.

Le grand public dispose des outils pour soutenir financièrement l’utopie d’une meilleure santé pour tous. Dédiée entièrement à la lutte contre le cancer du sang et la leucémie, Pledgeit débarque dans ce paysage avec des atouts originaux et uniques.

Lancée il y a quelques semaines par Leukaemia & Lymphoma Research, cette nouvelle plate-forme de financement participatif relève du jamais vu, pour deux raisons. Primo, elle est contrôlée par l’association caritative elle-même, qui a décidé de créer son propre site et de ne pas passer par une pla-teforme déjà existante. Secundo, pour que les fonds promis en amont soient débloqués, une ou plusieurs personnes doivent convaincre un ami d’accomplir une certaine mission, décidée en amont.

Cinq donateurs peuvent par exemple s’engager à verser 5000 euros si et seulement si l’heureux missionné réussit l’épreuve qu’il a lui-même validée. L’ambition est « d’encourager des bonnes actions et susciter la réalisation de rêves inaccomplis », explique à INfluencia Thomas Muirhead, le responsable digital de Leukaemia & Lymphoma Research.

Evidemment, l’idée derrière ce concept – « qui n’existait pas et permet de lever des fonds en encourageant l’épanouissement personnel » – est de fournir une bonne raison pour enfin réaliser un vieux projet ou rêve, enterré dans les contraintes du quotidien. Si votre meilleur ami a toujours voulu sauter en chute libre, passer une semaine dans une ferme organique, faire le tour de sa région en vélo ou courir le marathon de New-York, créez un challenge sur Pledgeit et il ne pourra plus dire non !

« Certaines épreuves peuvent prendre des mois voire des années à être achevées, c’est donc un outil de long terme. En parallèle nous allons lancer d’autres produits », confie Muirhead. Pour bien comprendre la genèse et l’impact de ce concept, INfluencia s’est entretenu avec le créateur de Pledgeit.

INfluencia : Pourquoi avez-vous opté pour une plate-forme interne, ce qui n’avait jamais été fait auparavant avec le crowdfunding ?

Nous avons choisi de ne pas utiliser un site externe pour plusieurs raisons. D’abord le fait que si beaucoup de plate-formes sont déjà disponibles, il n’y pas vraiment de modèle existant. Aucune ne fonctionne de la même manière. Dans notre cas aucune ne permettait à un protagoniste de fixer et contrôler un challenge, avec obligation pour une autre personne de le relever et le réussir.

Autre avantage à nos yeux, il n’y a pas d’intermédiaire donc pas de pourcentage prélevé sur les transactions. Troisième élément : en plus d’avoir la main sur les données, on se laisse le droit d’utiliser autrement des fonctionnalités similaires et d’étendre plus tard l’usage de Pledgeit à d’autres actions caritatives.

Au sein même de l’association, l’impact de Pledgeit sur la compréhension de notre propre réactivité et flexibilité a été énorme. Tous les employés ont beaucoup appris sur eux-mêmes et sur l’équipe avec ce lancement.

INfluencia : Pensez-vous que le crowdfunding est aujourd’hui le levier le plus efficace pour récolter des fonds caritatifs ?

Je ne suis pas sûr que ce soit le plus efficace, non. Le crowdfunding peut fonctionner pour différentes œuvres caritatives et de façons bien diverses, mais il ne s’agit ni d’un outil universel ni d’un seul et même modèle. Il y en a tellement : la donation, le prêt etc…

En fonction de votre modèle, il faut opter pour la meilleure formule. Parfois ce qui peut sembler être intéressant pour les frais généraux se révèle inefficace pour lever des fonds, quand trop de temps est consacré à communiquer avec le donateur, qui attend tellement en retour. Cela explique la diversité des modèles.

INfluencia : Peut-il quand même apporter une réponse spécifique à un nouveau type d’attente chez le public ?

Oui je le pense. Le crowdfunding va devenir un outil très puissant pour les associations modestes qui peuvent avoir un impact direct visible et rapide. Pour les ONG et œuvres caritatives qui sont plus dans l’ambition à long terme, avec un retour sur levée de fonds plus long et moins évident, c’est beaucoup plus difficile.

Je parle là de la recherche, de développement international et de politique. Il n’est pas impossible pour ces domaines de se servir du crowdfunding, mais cela n’aura pas le même résultat. Que ce soit pour le bénéficiaire comme pour le donateur.

Benjamin Adler

Rubrique réalisée en partenariat avec ETO

« Pour que Ash puisse enfin terminer sa dentelle, ses amis la motivent avec Pledgeit »

Quand Thomas Muirhead est mis au défi par ses collègues, Pledgeit montre l’exemple

La rédaction

À lire aussi sur le même thème

Allez plus loin avec Influencia

the good newsletter

LES FORMATIONS INFLUENCIA

les abonnements Influencia