3 juillet 2018

Temps de lecture : 2 min

Plastique mania : à la conquête des entreprises dans leur RSE

Le plastique, ce fléau dont on parle tant cette année. Une planète en souffrance et des industries peu joueuses, l’heure est encore et toujours à la sensibilisation pour faire passer à l’action l’opinion publique mais surtout les industries ! Une cible que l’association Surfrider Foundation Europe sollicite avec entrain via une nouvelle campagne pleine de solutions.

Le plastique, ce fléau dont on parle tant cette année. Une planète en souffrance et des industries peu joueuses, l’heure est encore et toujours à la sensibilisation pour faire passer à l’action l’opinion publique mais surtout les industries ! Une cible que l’association Surfrider Foundation Europe sollicite avec entrain via une nouvelle campagne pleine de solutions.

Des campagnes digitales visuelles et créatives comme « Plastic Ocean » de Sea Shepherd, aux innovations du type « Marine Drone » -le drone collecteur de déchets de Veolia-, en passant par les start-up comme « Choose Water » et sa bouteille biodégradable non-toxique, les projets se multiplient pour voler à la rescousse d’une Terre en danger et d’un futur peu prometteur.

Rapide topo pour les sceptiques qui douteraient encore du fléau que représente ce matériau ravageur : le plastique est une arme massive de destruction de l’environnement. Il pollue les sols, huit millions de tonnes sont rejetées en mer chaque année, représentant 85% des déchets sur les plages à travers le monde, causant la mort de plus d’un million d’animaux marins et investissant toutes les sphères de consommation car pratique et peu cher. Mais s’il ne faut qu’une seconde pour produire un emballage plastique qui sera utilisé en moyenne 20 minutes, il lui faudra entre 100 et 400 ans pour se dégrader dans la nature. Et si la tendance du microcosme français est à une consommation plus responsable, plus durable, plus écolo, plus engagée et tout le tintouin, la planète n’est toujours pas épargnée.

Une ONG à l’assaut des entreprises

Esprit rêveur ou acteur surdéterminé, Surfrider Foundation Europe -ONG qui agit depuis plus de 25 ans pour protéger les océans, l’environnement littoral et les usages- ne veut qu’une chose : un monde sans emballage plastique. Une utopie qui pourrait ne plus en être une quand on voit que quelques retailers ont déjà adopté l’idée et que de nouveaux matériaux investissent les étalages. Mais comme cela ne suffit pas, l’association frappe donc à la porte des plus pollueurs : les industries, grâce à une campagne de sensibilisation pas comme les autres.

Sensibiliser et accompagner pour mieux régner

Ici, pas question d’attaquer en frontal les entreprises en leur tirant les oreilles mais au contraire, une volonté de les aider à prendre le virage de l’écologie en capitalisant sur leur capacité d’innovation pour résoudre les enjeux environnementaux de pollution des océans. Un pari qui se traduit par des publications bimestrielles produites par French Bureau. Dans le premier opus distribué, en juin dernier, à tous les grands groupes et accessible au grand public dans un format digital bien ficelé, on y trouve un état des lieux pointant du doigt l’urgence et l’importance de s’attaquer à l’impact des emballages. Des chiffres, des données et des analyses argumentées, mais aussi des solutions testées et mises en place par des entreprises en lien avec cette problématique pour donner du crédit au virage que le secteur industriel a amorcé et qu’il convient de renforcer.

Une mécanique informative et appelant à contribution qui, par sa force répétitive à raison de 5 fois par an, et par la démonstration d’actions concrètes adaptables à tout type d’industrie, entend participer activement à l’évolution des mentalités mais aussi et surtout accompagner les entreprises qui répondront à l’appel afin de trouver des solutions émergentes et réelles en bonne intelligence. Et puisque toute initiative est bonne à prendre pour préserver notre environnement, on parie aussi sur la réussite de celle-ci !

Pour arpenter la version web du projet, c’est par ici.

La rédaction

À lire aussi sur le même thème

Allez plus loin avec Influencia

the good newsletter

LES FORMATIONS INFLUENCIA

les abonnements Influencia