2 novembre 2017

Temps de lecture : 5 min

« Un photographe professionnel est une rareté, alors que les influenceurs-amateurs ont envahi le Monde… »

Une pincée de filtres instagram et 2 minutes de cuisson sur Photoshop permettent aujourd’hui à n’importe qui de faire une photo…plutôt pas mal! Cette multitude de logiciels combinée à la dématérialisation de l’objet photo, démocratise cette activité de façon spectaculaire... Pécisions de ces changements de paradigmes avec un virtuose de l'image, le photographe new-yorkais Adrien Wilson

Une pincée de filtres instagram et 2 minutes de cuisson sur Photoshop permettent aujourd’hui à n’importe qui de faire une photo…plutôt pas mal! Cette multitude de logiciels combinée à la dématérialisation de l’objet photo, démocratise cette activité de façon spectaculaire… Pécisions de ces changements de paradigmes avec un virtuose de l’image, le photographe new-yorkais Adrien Wilson

Nous sommes littéralement inondés par les milliers de clichés quotidiens postés par des amateurs. Mais alors, qu’est-ce qui fait aujourd’hui la différence entre un amateur et un professionnel ? Et comment sortir du lot au milieu de ce raz-de-marée visuel ? Adrian Wilson, photographe professionnel rencontré, à New-York, lors du lancement de la nouvelle collection éditoriale de Adobe Stock (en partenariat avec l’agence de presse Reuteurs et USA Today Sports), nous éclaire sur la question.

INfluencia : où trouvez-vous votre inspiration ?

Adrien Wilson : il m’a fallu beaucoup de temps pour comprendre que la façon dont mon cerveau a été connecté à la naissance fait que j’ai une curiosité et un amour certain pour les bizarreries du monde qui nous entoure. La photographie est la façon la plus simple pour moi de m’exprimer. Mais ce n’est que l’expression extérieure de la mini-agence de pub qui semble avoir établi son QG à l’intérieur de ma tête. La bonne publicité fait passer un message de la manière la plus rapide et la plus élégamment subtile possible. Et une photo devrait faire la même chose. Les musiciens disent que le silence entre les notes est plus important que les notes elles-mêmes. Les humoristes peuvent passer des années à travailler une seule blague avant qu’elle soit parfaitement écrite et chronométrée. Je suppose que toutes ces choses concernent le bon moment et la composition.

C’est là que je trouve mon inspiration créative. Un commentaire désinvolte entendu dans le métro, la vitesse à laquelle se déplace un chat, ou notre surprise quand nous goutons une nouvelle variété de fromage. La photographie, comme tous les arts, est liée à la surprise. Combien de fois avez-vous entendu: « Je n’ai même pas remarqué ça « . Je ne regarde pas le travail des autres photographes, ni n’étudie les tendances sur Instagram. Les personnes aveugles prouvent que vous n’avez vraiment pas besoin d’yeux pour voir le monde, car ils remarquent souvent plus de choses que nous ne le faisons. Pour être inspiré par le monde, tout ce dont nous avons besoin est d’avoir l’esprit ouvert et le cœur ouvert.

IN : quel est le rôle de la technologie dans votre travail? Utilisez-vous des logiciels pour «améliorer» vos images ?

AW : j’avais l’habitude d’utiliser beaucoup de technologie pour créer mon travail. Il y avait du film d’acétate, des produits chimiques sensibles à la lumière à base d’argent complexes, puis divers liquides, agrandisseurs et papiers pour imprimer l’image. Tout cela a été remplacé par une caméra, une carte mémoire et un ordinateur portable, ou même simplement appuyer sur un écran de téléphone. En d’autres termes, j’utilise beaucoup moins de technologie maintenant que nous l’avons fait il y a 25 ans. La différence est qu’une photographie existait effectivement en tant qu’objet à l’époque, alors que maintenant, une image équivaut à l’une des particules subatomiques qui existent partout et nulle part en même temps. Bien sûr, vous pouvez l’imprimer ou la regarder sur un écran, mais ce ne sont que des manifestations des zéros et des uns qui constituent l’information du fichier. Vous ne pouvez jamais le voir dans un état définitif, comme le pourrait un négatif.

Je suis devenu photographe parce que mon père et ses deux frères aînés étaient des graphistes. Mais il n’était pas question pour moi d’être assis à un bureau toute la journée alors que je pouvais me promener dehors, une caméra à la main. Bien sûr, je passe maintenant 30% de mon temps assis à un bureau à manipuler ces zéros et ces uns sur les logiciels HDR et Photoshop. Et oui, le logiciel améliore l’image, de la même manière qu’une bonne imprimante pourrait créer une étonnante impression en noir et blanc à partir d’un négatif moyen. Mais j’ai tendance à ne pas utiliser le logiciel par paresse. Je veux que les choses soient nettes et alignées déjà dans l’original, plutôt que de se précipiter pour réparer plus tard avec un logiciel. Il semble que beaucoup de photographes ne comprennent pas que la symétrie n’est pas une notion, c’est une chose définitive. De la même manière qu’une demi-vérité est un mensonge complet, il n’y a pas de  «presque symétrique ».

IN :  grâce à tous ces logiciels, tout le monde peut prendre des photos et les «améliorer» aujourd’hui. Certains amateurs sont d’ailleurs plutôt bons. Qu’est-ce qui fait la différence entre un photographe professionnel et un amateur ?

AW : la ligne devient plus floue pour trois raisons, CGI, les médias sociaux et les téléphones cellulaires. La plupart des voitures, des bijoux et même 90% du catalogue IKEA est maintenant un ensemble de zéros et de uns créé par un programme informatique plutôt que par un appareil photo. Ces filtres snapchat, swaps face et autres «applications» vont évoluer vers quelque chose qui ne sera plus de la photographie, mais CGI. Parce qu’il est si facile de faire de superbes images sur un téléphone et que ça ne coûte littéralement rien, les jeunes peuvent maintenant prendre des milliers et des milliers d’images pour perfectionner leurs compétences. Avec un peu de poussière de fée, devenez un «influenceur» et voyagez soudainement dans le monde grâce à une marque d’hôtel désespérée d’avoir des likes. La règle simple qui dit qu’un photographe professionnel est payé et qu’un amateur a un passe-temps n’a plus de sens dans ce monde. Est-ce que la personne qui crée l’image d’une montre Rolex est un photographe? Est-ce que l’Influenceur qui gagne peu ou pas d’argent mais reste dans des hôtels de luxe, porte des vêtements chers et mange de bons repas gratuitement est un professionnel? Un photographe professionnel tel que nous le connaissions, c’est vraiment une rareté, alors que les amateurs ont envahi le monde – il y a 700 millions de comptes d’instagram!

IN : reste-t-il quelque chose que vous aimeriez faire mais qui n’est pas possible parce que la technologie n’existe pas encore ?

AW  : la correction automatique de la perspective, l’équilibrage de différentes températures de couleurs sur la même image, la technologie qui arrête la poussière sur le capteur et un meilleur auto HDR serait mes quatre premiers souhaits.

IN : aujourd’hui, en tant que consommateur, nous sommes inondés de milliers d’images par jour. Comment faites-vous pour que vos photos fassent la différence parmi tant d’autres sur les plates-formes commerciales ?

AW : espérons que les gens remarquent que c’est une image bien conçue. Mais prendre des photos pour des marques connues comme Apple et Victoria’s Secret fait une énorme différence. Je n’ai jamais exposé mon travail et je n’ai fait qu’un seul livre pour aider un ami proche parce que j’ai toujours pensé que la qualité de mes clients est la meilleure jauge de la qualité de mon travail. Le fait d’être dans le circuit depuis longtemps aide certainement ma présence en ligne et ma notoriété sur Google. J’ai un site Web de travail professionnel et un instagram de travail personnel et je suis un conférencier invité d’Adobe avec des images sur Behance / Adobe Premium. En dépit de tout cela, mon expérience m’a appris que le succès est basé sur des connexions réelles et non virtuelles. La photographie et la technologie ont peut-être changé, mais les gens pas.

La rédaction

À lire aussi sur le même thème

Allez plus loin avec Influencia

the good newsletter

LES FORMATIONS INFLUENCIA

les abonnements Influencia