5 avril 2017

Temps de lecture : 1 min

Un peu d’optimisme dans ce monde de brutes…

Et si nos futurs dirigeants d’entreprises se remettaient à croire un peu plus dans notre beau pays ? C’est l’impression que donne la publication cette semaine de l’enquête 2017 Universum qui interroge depuis 1999 des dizaines de milliers d’étudiants d’écoles de commerce et d’ingénieurs.

Et si nos futurs dirigeants d’entreprises se remettaient à croire un peu plus dans notre beau pays ? C’est l’impression que donne la publication cette semaine de l’enquête 2017 Universum qui interroge depuis 1999 des dizaines de milliers d’étudiants d’écoles de commerce et d’ingénieurs.

Et n’en déplaise aux grincheux, nos futurs commerciaux et ingénieurs se tournent moins qu’avant vers l’international et regardent avec intérêt la France et les entreprises françaises. Qu’il s’agisse de Michel & Augustin qui rentre dans ce palmarès, au quatrième rang du classement business, ou de Chanel qui détrône Apple à la quatrième place des entreprises préférées des élèves des écoles de commerce, ou d’Air France, qui remonte considérablement -dans le Top 10- dans le coeur de nos jeunes compatriotes.

On n’est donc finalement pas si mal dans les entreprises françaises. En cette période de French bashing accru, cela fait du bien de le dire et le répéter. Heureusement que la jeune génération a plus de dynamisme et de courage que ses aînés pour affronter l’avenir. Il est vraiment dommage que nos candidats à la présidence de la république ne mentionnent pas dans leurs débats l’existence de cette jeunesse qui est un terreau très riche pour notre pays. Une jeunesse dont pourtant les entreprises étrangères reconnaissent unanimement la qualité.

Musnik Isabelle

À lire aussi sur le même thème

10/09/2021
Peur sur la ville

Non je ne vais pas vous parler de Bébel, mais de Xavier. Xavier, c’est le nom de ce robot déployé pendant trois…

Allez plus loin avec Influencia

the good newsletter

LES FORMATIONS INFLUENCIA

les abonnements Influencia