7 mars 2018

Temps de lecture : 2 min

Penser que les femmes ont un cerveau… est Glamour*

« Fini le diktat de la botte à franges ou du it-bag imposé aux lectrices ! » : en cette Journée de la Femme, la profession de foi de Xavier Romatet, le PDG de Condé Nast France, qui relance le magazine Glamour fait du bien. Et si la presse féminine était en train de changer ?

« Fini le diktat de la botte à franges ou du it-bag imposé aux lectrices ! » : en cette Journée de la Femme, la profession de foi de Xavier Romatet, le PDG de Condé Nast France, qui relance le magazine Glamour fait du bien. Et si la presse féminine était en train de changer ?

Et Xavier Romatet va encore plus loin : «Nous voulons être moins ‘girly-girly’, et plus connectés avec la vie réelle de nos lectrices. Glamour doit passer d’un féminin traditionnel à une plateforme médias ‘engageante’ et des contenus éditoriaux suscitant des conversations, voire de véritables controverses sur les réseaux sociaux. ». Le nouveau Glamour, qui devient bimestriel, s’articulera donc autour d’un thème sociétal (« no filter », l’eau, la tribu …), avec des articles qui promettront de l’authenticité, de la sincérité, du sens, et de l’impertinence plutôt que du consumérisme. Et un contenu « ouvert à la culture et à la société ». Adieu donc aux mannequins en couverture ou aux sempiternels « Spécial Maigrir », mais place à des femmes engagées ou des personnalités et des artistes à suivre.

Quel est le pari le plus audacieux dans cette entreprise de réinvention ? Reconnaitre que les jeunes femmes ont un cerveau ? Augmenter la performance financière du titre en accroissant la présence sur le digital mais en divisant par deux la périodicité et en augmentant le prix de vente ? « Le modèle d’hier n’est plus tenable pour la presse féminine. Sinon, nous allons dans le mur », répond Xavier Romatet. On ne peut que lui souhaiter bon vent.

*La campagne de publicité signée BETC sortira la semaine prochaine avec de nombreuses accroches : léger is Glamour, Libre is Glamour, Gonflé is Glamour, L’ouvrir is Glamour, Street is Glamour, etc…

« Fini le diktat de la botte à franges ou du it-bag imposé aux lectrices ! » : en cette Journée de la Femme, la profession de foi de Xavier Romatet, le PDG de Condé Nast France, qui relance le magazine Glamour fait du bien. Et si la presse féminine était en train de changer ?

Et Xavier Romatet va encore plus loin « Le modèle d’hier n’est plus tenable pour la presse féminine. Nous voulons être moins ‘girly-girly’, et plus connectés avec la vie réelle de nos lectrices. Glamour doit passer d’un féminin traditionnel à une plateforme médias ‘engageante’ et des contenus éditoriaux suscitant des conversations, voire de véritables controverses sur les réseaux sociaux. ». Le nouveau Glamour, qui devient bimestriel, s’articulera donc autour d’un thème sociétal (« no filter », l’eau, la tribu …), avec des articles qui promettront de l’authenticité, de la sincérité, du sens, et de l’impertinence plutôt que du consumérisme. Et un contenu « ouvert à la culture et à la société ».
Adieu donc aux mannequins en couverture ou aux sempiternels « Spécial Maigrir »,  mais place à des femmes engagées ou des personnalités et des artistes à suivre.

*La campagne de publicité signée BETC sortira la semaine prochaine  avec de nombreuses accroches : léger is Glamour, Libre is Glamour, Gonflé is Glamour, L’ouvrir is Glamour, Street is Glamour, etc…

Musnik Isabelle

À lire aussi sur le même thème

Allez plus loin avec Influencia

the good newsletter

LES FORMATIONS INFLUENCIA

les abonnements Influencia