16 janvier 2014

Temps de lecture : 3 min

PeekInToo et le voyeurisme devient fun

Partager où qu'il soit dans le monde la vie en live d'un anonyme pendant 12 secondes. C'est désormais chose possible et cela ouvre de nouvelles perspectives pour les réseaux sociaux, les internautes et les marques... INfluencia a rencontré son co-fondateur et CEO.

En ayant l’outrecuidance de refuser les 3 milliards de dollars mis sur la table par Facebook pour son rachat, Snapchat confirme le succès phénoménal des réseaux sociaux de mise en ligne et d’échange de contenus visuels. Dans ce contexte, un nouveau réseau social anonyme intrigue. Lancé le 10 décembre pendant LeWeb’13, l’application PeekInToo a de quoi interpeller. Comment ? En s’introduisant dans la vie d’un anonyme pendant 12 secondes.

Alors que l’application s’apprête à être disponible sur Android, INfluencia a interrogé le co-fondateur pour mieux comprendre les tenants et aboutissants du réseau social grec, pensé et réalisé à Athènes. « PeekInToo offre une nouvelle manière de virtuellement expérimenter et être témoin d’évènements à côté de chez vous ou à l’autre bout du monde, quasi en temps réel et sur demande », explique le CEO Yiannis Verginadis. Concrètement, PeekInToo permet de se connecter avec un autre utilisateur inconnu, où qu’il soit dans le monde. Vous lui envoyez une demande de « Peek » et s’il l’accepte, il vous autorise alors à vivre 12 secondes de sa vie en temps réel par le prisme de sa caméra.

La pub géolocalisée comme modèle économique

Simple désir futile de curiosité d’être quelqu’un d’autre pendant 12 secondes ou besoin de savoir ce qu’il se passe à l’instant T dans un lieu spécifique ? Pour vivre un événement sans être sur place, que ce soit un match de football, une manifestation ou un concert, PeekInToo érige la procuration en égérie. Chacun peut y noter les vidéos des autres, regarder des « Peeks » enregistrées dans les deux heures qui précédent la demande et même contribuer à cette « information pertinente, personnalisée et en temps réel » en filmant lui-même un événement via son smartphone. « Si quelqu’un choisit de partager son Peek sur un autre réseau social, la vidéo sera disponible une semaine de plus », précise Yiannis Verginadis, qui espère bien agrandir rapidement l’équipe actuelle de quatre employés. Sur le modèle économique de sa startup, le CEO, joint mercredi 15 janvier, joue la carte de l’empirisme. « Parmi les options qui s’offrent à nous, la plus essentielle est la pub locale ultra ciblée. L’innovation avec l’application, c’est que l’utilisateur doit en premier lieu stipuler un domaine d’intérêt. Une fois que c’est fait, des Peeks de pubs personnalisées apparaîtront sur son écran, soit pour promouvoir une marque présente dans les environs où se trouve l’utilisateur, soit pour annoncer une promotion », développe le co-fondateur de PeekInToo.

Un futur média de formats courts comme NowThisNews ?

INfluencia s’est récemment intéressé au média nord-américain NowThisNews, dont le carton chez l’Oncle Sam confirme l’intérêt des consommateurs de vidéos sur le Web pour un format court de 12 à 30 secondes. Dans son désir originel de « faire primer le contenu sur celui qui le fournit », PeekInToo ne peut-il pas rapidement devenir lui aussi un média ? « C’est clairement une ambition », répond Yiannis Verginadis. « Nous disposons déjà des algorithmes qui nous permettraient d’informer chaque utilisateur de situations intéressantes ou d’une actu chaude en temps réel. Nous sommes très attachés à la qualité du contenu et son respect de notre charte. Vu comment les réseaux sociaux déjà existants sur un marché il est vrai saturé, exploitent les données personnelles de leurs utilisateurs, nous avons décidé de rendre PeekInToo anonyme. C’est primordial », répond le jeune entrepreneur grec.

Convaincu qu’il « existe des frontières dans la curiosité » et désireux « de protéger les moments intimes de la vie des gens », le CEO de l’application hellène rappelle que son but originel « n’est pas d’expérimenter la vie de quelqu’un d’autre. C’est une fonction, pas le cœur d’intérêt de l’application. Notre objectif était de développer un outil qui permette aux gens d’assister à des événements sans être sur place, pour en ressentir les vibrations, les émotions » La vidéo de format court dispose donc d’un nouveau parangon mais qui pourrait se sentir étriquer dans un seul format de 12 secondes.

Dans notre société voyeuriste où la pudeur est une vertu exposée comme un trésor de Rackham le Rouge, la vie des autres suscite curiosité et envie, voire carrément la jalousie. Avec la customisation intrinsèque de la télévision sociale, l’exposition nombriliste sur les réseaux sociaux, la fatuité de la starisation sur nos chaînes TV et Internet, notre quotidien connecté, égocentrique et exhibitionniste déroule le tapis rouge à la mise en scène de soi et des autres sous couvert des plateformes partage et l’édition de photos et vidéos. « Mais attention, pour nous il est primordial que chacun puisse décider de partager son contenu et ses données », précise Yiannis Verginadis en conclusion. Histoire de dédouaner son application du sceau Big Brother !

Benjamin Adler / @BenjaminAdlerLARubrique réalisée en partenariat avec ETO

Pour télécharger l’application, cliquez sur l’image

Une application utilisable partout dans le monde

La rédaction

À lire aussi sur le même thème

Allez plus loin avec Influencia

the good newsletter

LES FORMATIONS INFLUENCIA

les abonnements Influencia