4 mars 2015

Temps de lecture : 3 min

Une passerelle spéciale DRH !

Pourquoi ne pourrait-on pas s’échapper de son bureau citadin en quelques instants vers un chemin vert ? Et pourquoi un jardin suspendu ne serait-il qu’en haut d’un toit et pas véritablement un sentier dans les airs ? Deux questions résolues par Zalewski Architecture et son balcon extraordinaire qui réveille une sombre cour.

Pourquoi ne pourrait-on pas s’échapper de son bureau citadin pour s’évader en quelques instants vers un chemin vert ? Et pourquoi un jardin suspendu ne serait-il qu’en haut d’un toit et pas véritablement un sentier dans les airs ? Deux questions résolues par Zalewski Architecture et son balcon extraordinaire qui réveille une sombre cour.

Jamais l’expression « jardin suspendu » n’aura aussi bien collé à ce balcon verdoyant, sinueux et aérien imaginé par le cabinet polonais Zalewski Architecture, à Gliwice en Pologne.Car en lieu et place de la traditionnelle longue ligne droite filant le long d’une façade, la coursive est accrochée par des filins tout en haut d’une cour d’immeuble carrée. Son parcours semé d’herbe tout en volute serpente d’une entrée à une autre et prolonge bien au-delà de ce qui est attendu les limites de l’ennuyeuse construction.

Une alternative durable, aérienne et inattendue au traditionnel balcon

Transformant ainsi un espace perdu, gris et tristounet en un sentier utile et ludique tout en permettant très trivialement aux employés de profiter de l’extérieur et de respirer à l’air libre immédiatement sans avoir à passer par les escaliers intérieurs et le hall du rez-de-chaussée. Mais aussi en les invitant, plus allégoriquement, à s’aventurer dans les airs, histoire de se détendre, de se projeter vers d’autres horizons et même à prendre de la hauteur en cas de mauvaise journée. Faisant de celui-ci une véritable « balade des gens heureux ». D’ailleurs ce projet est parti d’une lubie d’un de ses concepteurs, qui coincé par un beau jour d’été dans son bureau du 3ème étage n’aspirait qu’à une seule chose : faire une promenade. « Ce sentier devait être comme n’importe quel autre chemin, tortueux, balayé par les vents ou arrosé de soleil selon la météo, réserver des surprises, être source de relaxation, de temps suspendu et inviter à l’exploration comme pour mieux aider à changer de perspective sur un sujet ou une situation. D’où ses herbes folles et sa forme entrelacée qui va d’une entrée à une autre de nos bureaux aux fonctions pourtant très sérieuses », explique l’un des architectes. Une description qui pour une fois préfère la devise « la forme doit parfois suivre la récréation » à la très classique et si chère à bien des designers : « la forme suit toujours la fonction ».

La forme doit parfois suivre la récréation plus que la fonction

Incontestablement très fun, cette passerelle à ciel ouvert « privé » est d’autant plus réussie que sa largeur de 80 centimètres, ses bords arrondis ainsi que son matériau poli qui reflète la lumière et son environnement, réduisent les ombres sur la cour. Enfin, vue d’en bas, elle joue avec l’œil en constituant une œuvre d’art qui donne l’impression d’être sculptée contre le ciel. Elle réveille ainsi une sombre cour et apporte à l’ensemble au choix : magie, fantaisie, poésie, rêve et pourquoi pas un sentiment d’évasion sinon de liberté, en plus d’un petit coin de campagne ! Une quête de l’harmonie qui rend cette éco-conception peu gênante pour les voisins qui ont gagné un jardin commun inattendu !

L’esprit durable, bienveillant et récréatif du projet de Zalewski Architecture devrait faire des émules auprès des entreprises, des DRH, des promoteurs et des cabinets d’architectes. Mais déjà il rejoint bien des réalisations où les plantes, la nature et la faune sont remises au cœur de la ville (façade végétale, ruches sur les toits, centres commerciaux arborés…). Et il en est un dont il se rapproche particulièrement, c’est celui de The High Line Railway à New York qui a permis, en 2009, de réhabiliter une vieille ligne de métro aérien désaffectée en une longue promenade publique. Une réalisation aussi à ciel ouvert et qui allie aussi la nature avec le patrimoine industriel de la ville tout en engageant une communauté de voisins et d’amis. Et qui en plus d’être salvateur pour son environnement et ses habitants immédiats, constitue une curiosité touristique.

Le projet de Zalewski Architecture

High Line, New York

Berthier Florence

À lire aussi sur le même thème

Allez plus loin avec Influencia

the good newsletter

LES FORMATIONS INFLUENCIA

les abonnements Influencia