6 juin 2015

Temps de lecture : 2 min

Il n’y a pas que Big Brother qui vous surveille

Pour sensibiliser les parents et les enfants aux dangers d’Internet, l’Association Innnocence en Danger et Rosapark détournent la technologie du retargeting et créent un personnage douteux qui s’infiltre dans le parcours de navigation des internautes. Inquiétant mais efficace.

Pour sensibiliser les parents et les enfants aux dangers d’Internet, l’Association Innnocence en Danger et Rosapark détournent la technologie du retargeting et créent un personnage douteux qui s’infiltre dans le parcours de navigation des internautes. Inquiétant mais efficace.

La navigation sur Internet et les réseaux c’est comme pour le Sida, ce n’est pas parce qu’il y a des parades ou des remèdes qu’il faut baisser la garde ni arrêter de se protéger. Selon l’ONU, 750 000 prédateurs actifs sont recensés et les premiers exposés sont les adolescents. Notamment en raison de leurs équipements qui facilitent l’accès aux réseaux sociaux ou forums et en intensifient l’usage. Ainsi, plus de 40% des 11-17 ans ont déjà été confrontés au moins une fois à des informations, des images choquantes ou traumatisantes lors de leur navigation sur la Toile. 21 % reconnaissent avoir été exposés à des contenus pornographiques et 13 % déclarent accepter sur les réseaux sociaux des gens qu’ils ne connaissent pas mais qui leur semblent de confiance. Or et c’est là où le bât blesse : 76% des parents -trop confiants dans le libre arbitre de leur enfant ou sûrs des systèmes de sécurité mis en place- n’ont pas conscience qu’il est facile d’être contacté sur internet par une personne mal intentionnée. Et surtout que pour leurs enfants il n’est pas toujours aisé de bien discerner qui les suit sur la Toile.

Ne jamais sous-estimer la sournoiserie d’Internet

Pour alerter sur cette mise en danger très active et néfaste, sous des dehors passifs, l’Association Innocence en Danger avec Rosapark, son agence, ont mené une opération coup de poing directement sur le lieu du crime et avec les moyens utilisés par les prédateurs. Tout repose sur la technique du retargeting qui représente aujourd’hui un virage digital intéressant pour les marques et pour tous les organismes ou associations qui ont besoin d’un ciblage personnalisé et immédiat même auprès de ceux qui ne voudraient pas y être exposés. Comme l’opération « De la bonne fourrure à prix discount en décembre », menée par une association protectrice des animaux au Canada, en décembre 2014. C’est en effet, une technique de reciblage publicitaire qui permet d’afficher des messages plus ou moins personnalisés sur des produits ou des sites que l’internaute aura déjà visités. Comment ? En utilisant ses données de navigation individuelles et personnelles stockées dans les cookies.

Le retargeting pour mettre en situation parents et enfants : efficace

Ainsi, grâce à cette technologie, Rosapark a créé un individu douteux et inquiétant qui suit les adolescents et parents dans plusieurs formats de bannières web sur tout leur parcours de navigation. Traqués par ce personnage hirsute, barbu, vêtu d’un miteux « marcel » et assis sur son canapé sur fond rose, les internautes sont plongés dans un univers glauque et directement sensibilisés au message d’Innocence en danger. Ils sont ensuite redirigés vers une page qui leur donne des outils pour mieux protéger leur navigation et les contenus accessibles sur leurs différents comptes de réseaux sociaux.

Déjà les résultats portent leurs fruits avec au total 200 000 internautes retargetés et une augmentation du trafic sur la page d’Innocence en Danger de 354 %. De son côté la seule campagne web -qui complète celle menée en presse voici quelques mois- a suscité la curiosité avec un taux de clic 2 à 3 fois supérieur à la moyenne du marché sur ce type de format. Tant mieux car on n’est jamais trop prévoyant lorsqu’il s’agit d’enfants et de tels sujets.

Berthier Florence

Allez plus loin avec Influencia

the good newsletter

LES FORMATIONS INFLUENCIA

les abonnements Influencia