4 juin 2014

Temps de lecture : 1 min

Il n’y a pas de hasard ?

Il y a une semaine le baromètre Syntec Conseil en Relations Publics sur la réputation des entreprises, révèle que Google a perdu sa place de numéro un et qu’il a aussi quitté le podium des sociétés retenues par les Français pour la qualité de leurs prestations…

Coïncidence, quelques jours plus tard le grand méchant loup de Mountain View annonce qu’il offre (enfin) à l’internaute une procédure d’effacement de ses données personnelles… Une coïncidence un peu tirée par les cheveux je vous l’accorde. La France -et l’Europe- ont certainement tiré des ficelles en coulisses pour que la firme américaine propose un droit à l’oubli. De là à imaginer que cette dernière soit obsédée par les résultats d’une étude sur son image…

Il n’empêche. « Il n’y a pas de hasard », répète le Candide de Voltaire. Google a bien compris qu’il était temps d’essayer de rassurer les internautes sur le destin des informations recueillies à leur sujet. Plus de 70% des Français s’inquiètent de la collecte de leurs données personnelles sur Internet, selon une étude de l’Observatoire Orange-Terrafemina (comme nous le rappelions dans notre Revue N°9 sur la Data). Certes la décision de Google n’est qu’une mesure à dose homéopathique – les Facebook, Foursquare et consorts n’ont toujours pas réagi- mais c’est un début. Aura-t-elle des conséquences sur la réputation en France du géant américain ? A suivre…

Isabelle Musnik

La rédaction

À lire aussi sur le même thème

10/09/2021
Peur sur la ville

Non je ne vais pas vous parler de Bébel, mais de Xavier. Xavier, c’est le nom de ce robot déployé pendant trois…

Allez plus loin avec Influencia

the good newsletter

LES FORMATIONS INFLUENCIA

les abonnements Influencia