7 avril 2010

Temps de lecture : 2 min

Le Parti travailliste ose pour de vrai la démocratie participative

Sélectionnée parmi 1000 autres annonces, l'affiche digitale de Jacob Quagliozzi, jeune militant du Parti travailliste en Grande Bretagne, va être diffusée aux côtés des autres campagnes signées par Saatchi & Saatchi, l'agence de communication officielle. Une première pour le clan de Gordon Brown qui devrait se poursuivre.

Sélectionnée parmi 1000 autres annonces, l’affiche digitale de Jacob Quagliozzi,  jeune militant du Parti travailliste en Grande Bretagne, va être diffusée aux côtés des autres campagnes signées par Saatchi & Saatchi, l’agence de communication officielle. Une première pour le clan de Gordon Brown qui devrait se poursuivre.
 
A l’approche des futures élections législatives en Grande Bretagne, le Labour vient d’expérimenter -en marge de sa campagne officielle menée par Saatchi & Saatchi- une nouvelle manière d’établir un lien avec les électeurs. Fort du succès de mydavidcameron.com, site où une centaine de ses partisans s’applique à se moquer des campagnes des conservateurs, le courant politique a en effet proposé aux internautes de participer à un concours en créant la première affiche digitale participative sur le thème de leur choix… Non pas pour reléguer son agence de publicité dans les oubliettes, mais pour permettre aux électeurs de s’exprimer et d’évaluer leur degré de créativité.
Aucune contrainte en matière de thème mais deux impératifs sur la forme pour participer : l’affiche devait délivrer un message simple et une image forte si possible déclinés sur le ton de l’humour et devait postuler via un site lancé spécialement pour l’occasion.

Plus de 1000 annonces ont été postées en trois jours. Et parmi elles, c’est celle de Jacob Quagliozzi, un jeune militant de 24 ans de la commune de St Albans, qui a été sélectionnée puis révélée au public sur la toile au lendemain du week-end de Pâques. A la clef pour le lauréat, quelques séances de travail avec le responsable de la communication des travaillistes chez Saatchi & Saatchi, afin de fabriquer son affiche digitale et de préparer sa diffusion. Une vidéo relatant sa visite à l’agence a été également mise en ligne sur You-tube.

Quant à l’affiche, première d’une longue liste, elle montre David Cameron au nœud de cravate relâché, assis de façon décontractée mais un peu «has been» sur le capot d’une voiture sportive également d’un temps révolu. L’accroche «Don’t let him take Britain back to the 1980’s» enfonce le clou en suggérant que le leader politique n’a pas véritablement révolutionné son parti et ses prises de position. Et que son élection représente une menace car elle ramènerait la Grande Bretagne à une époque marquée par des troubles sociaux et une situation terrible pour l’emploi et les jeunes.

Cette initiative, première du genre et à laquelle même Obama n’avait pas pensé, donne la parole aux électeurs sur la base de ce qu’ils ont vraiment envie d’exprimer. Une bonne rupture avec la plupart des campagnes de partis de tout bord, souvent à la limite de la démagogie, en servant ce que les gens ont envie d’entendre…. Cette volonté d’impliquer chacun en favorisant le participatif est aussi une bonne stratégie pour relancer une campagne qui aurait pu s’essouffler d’ici au 6 mai, date des élections. 
Un exemple à suivre en France ?

Florence Berthier      
 

La rédaction

À lire aussi sur le même thème

Allez plus loin avec Influencia

the good newsletter

LES FORMATIONS INFLUENCIA

les abonnements Influencia