18 novembre 2009

Temps de lecture : 1 min

Les parfums HUGO financent une plantation en Amazonie

Les marques de luxe s'intéressent de plus en plus au développement durable et multiplient leurs actions en faveur de la planète. Hugo Boss suit la tendance.

Les marques  de luxe s’intéressent de plus en plus au développement durable et multiplient leurs actions en faveur de la planète. Hugo Boss suit la tendance.

Les flacons de la nouvelle édition spéciale HUGO ELEMENT et HUGO MAN seront commercialisés dans le monde entier à partir du mois de janvier 2010, et pour chacun, un arbre sera planté dans la forêt amazonienne du Pérou. La plantation financée par HUGO parfums va ainsi couvrir une surface de 800 hectares, équivalente à… 35 fois le jardin du Luxembourg !
Chaque conditionnement d’origine sera habillé d’un « sur étui » bleu ciel, couleur de l’opération. Au dos de chaque boîte, une pastille à gratter révèlera un code unique correspondant à un arbre planté grâce à l’achat du parfum. Le client pourra ainsi découvrir son emplacement exact en ligne via Google Earth ou Google Map.

Pour mener à bien ce projet, les parfums HUGO ont établi un partenariat avec Pur Projet, entreprise spécialisée dans la collaboration entre des grandes marques internationales et des coopératives de petits fermiers dans le monde entier. Pur Projet développe des projets favorisant les méthodes agricoles durables et visant à lutter contre des problèmes plus larges tels que la déforestation et le réchauffement de la planète. La société bénéficie d’un réseau direct de coopératives et de plus de 10 ans d’expérience dans la promotion du développement durable. Des dizaines de milliers d’arbres ont ainsi été plantés au fil des années.

Le projet « un parfum, un arbre » s’inscrit dans la tendance « ECO-ICONIQUE, identifiée par le réseau de tendances Trendwatching.com. ECO-ICONIQUE se réfère aux marchandises et services respectueux de l’environnement, dotés de marqueurs iconiques et de conceptions audacieuses et sportives, et qui permettent à leurs propriétaires concernés par les problèmes environnementaux d’afficher leurs idées. Au cœur de cette tendance, on trouve un déplacement de statut, de nombreux consommateurs souhaitant afficher leurs comportements et leurs équipements écologiques alors que des millions d’autres sont impressionnés par le style de vie vert.

Raphaël Legrand

La rédaction

À lire aussi sur le même thème

Allez plus loin avec Influencia

the good newsletter

LES FORMATIONS INFLUENCIA

les abonnements Influencia