19 décembre 2011

Temps de lecture : 1 min

Pardon, je t’aime, reviens….

Pas fréquents les marques qui s’excusent auprès de leurs consommateurs! Il faut bien reconnaître que "pardon" est certainement le mot le plus difficile à prononcer. Dans la vie privée comme en communication. Sauf pour O.B de Johnson & Johnson, qui a trouvé «Le» moyen imparable de se faire pardonner…

Les excuses reviendraient-elles à la mode? Il y a deux ans, AMP, une boisson énergisante américaine du groupe Pepsi s’était repentie publiquement d’avoir lancé «regonfle-toi avant de conclure», une appli qui permettait aux hommes de répertorier leurs conquêtes féminines sur leur téléphone et de partager des infos sur les goûts, et même les noms de ces dames (en leur donnant des notes!)

La même année, Marks & Spencer avait acheté de la pub dans plusieurs quotidiens du pays pour reconnaître qu’il avait fait une gaffe en imposant un prix plus élevé aux femmes demandant un bonnet grande taille. De son côté, l’Evening Standard n’avait pas hésité à demander pardon aux Londoniens d’avoir «perdu le contact», et «d’avoir été trop sûr de lui»…

Mais au Canada, les marques savent vraiment parler à leurs consommatrices… «Je sais que te t’ai laissé tomber… Crois-moi quand je te dis que je veux tout recommencer… Je crie ton nom… Je suis désolé, désolé, désolé… Tu mérites le meilleur…»: quelle femme n’a pas rêvé que le traître qui l’a abandonnée lui revienne, et l’implore ainsi? Fins connaisseurs de la nature humaine, les tampons O.B (Johnson et Johnson), ont décidé avec leur agence Lowe Roche, de lancer une campagne virale interactive, qui fait beaucoup parler d’elle sur la toile.

Une opération originale à double titre. D’abord parce qu’il s’agit d’une satire d’une vidéo musicale inspirée des «power ballads»: pas fréquent pour des tampons hygiéniques. Et parce que le très séduisant interprète chante des excuses personnalisées, adressées à chaque canadienne, demandant pardon d’avoir interrompu la production dans le pays. Il suffit aux internautes de se rendre sur le site OBtampons.ca/apology et de taper leur prénom (ça marche pour tous les prénoms classiques, féminins bien évidemment…). Et de se laisser griser… Le prénom apparait alors à plusieurs endroits de la chanson, comme si elle avait vraiment été écrite pour elles. Dès lors, comment ne pas craquer devant une telle attention et pardonner…

Seul hic au romantisme ambiant: la petite phrase de la fin, «apporte ton coupon de réduction au magasin» (l’internaute se voit offrir un bon de 2 $ pour tout achat de la marque). Mais, bon, une ballade rien que pour soi, vaut bien un p’tit coup de promo…

Isabelle Musnik

Vidéo « apology » (Lowe/Roche)

La rédaction

À lire aussi sur le même thème

Allez plus loin avec Influencia

the good newsletter

LES FORMATIONS INFLUENCIA

les abonnements Influencia