9 novembre 2010

Temps de lecture : 1 min

Panne d’inspiration

Les créatifs se sont toujours montrés inspirés par… la panne d’inspiration. On les comprend. Personne n’étant à l’abri, l’évoquer, n’est-ce pas un peu l’exorciser? La rhétorique publicitaire classique consiste à installer l’idée que, plus que l’individu, c’est le produit qu’il consomme qui est à la source de son inspiration. Pourquoi pas? Pour une marque, toutes les promesses sont bonnes à prendre pour paraître indispensables. Par Patrice Duchemin...

Le dernier spot Ikea renouvelle cependant le genre. Ici, il ne suffit pas d’avoir consommé pour trouver son inspiration, mais, tout simplement d’être…. dans le bon décor. Comme toujours dans la pub, «l’auteur» vu par Ikea, est cool, mal rasé et pensif devant son ordinateur. Sa femme, assise un peu plus loin, lit le journal. Il la voit sans la regarder et son esprit vagabonde au gré de son imagination.

«C’est l’histoire d’une femme», commence-t-il à écrire, avant d’effacer tous les qualificatifs que celle-ci serait capable d’endosser (fatale, romantique ou artiste selon le style des meubles qui l’entoure), avant de revenir à la banalité de sa condition première de «simple femme». L’histoire n’ira pas beaucoup plus loin. Après le «deviens qui tu es», place au «deviens comme tes meubles». De là à penser que la femme est un meuble…

Heureusement qu’Ikea s’empresse de nous rappeler en signature que «la seule limite, c’est notre imagination». A condition toutefois que celle-ci ne dépende pas que de nos meubles…

Patrice Duchemin  / Planning & Tendances
Réagissez sur redaction@influencia.net

La rédaction

Allez plus loin avec Influencia

the good newsletter

LES FORMATIONS INFLUENCIA

les abonnements Influencia