16 juillet 2018

Temps de lecture : 2 min

Un oeil pluriel grand ouvert sur le monde arabe

Durant toute l’année 2018, 240 artistes vont unir leur force et leur patte pour créer une œuvre collective dévoilée en 3 parties à l’Institut du Monde Arabe. Sur une idée originale de l’agence créative FF Paris, ce cadavre exquis offre un regard collectif et multiple sur le monde arabe.

Durant toute l’année 2018, 240 artistes vont unir leur force et leur patte pour créer une oeuvre collective dévoilée en 3 parties à l’Institut du Monde Arabe. Sur une idée originale de l’agence créative FF Paris, ce cadavre exquis offre un regard collectif et multiple sur le monde arabe.

On n’est jamais mieux représentés que par les artistes qui nous composent. Et le monde arabe, avec un grand A, peut se targuer de compter dans ses rangs au moins 240 ambassadeurs d’exception. A l’occasion de son trentième anniversaire, l’IMA -l’Institut du Monde Arabe-, présente une oeuvre évolutive et collective composée de 240 oeuvres originales, en résonance avec les 240 moucharabiehs de la célèbre façade du bâtiment conçu par Jean Nouvel et tout juste restaurés et remis en activité à cette occasion. Cette oeuvre qui rassemble des personnalités de tous horizons, confirmés et en devenir, arabes et non arabes, illustre la richesse du dialogue inter-culturel et dont la France est aujourd’hui plus que jamais -merci entre autres les Bleus- le reflet.

La force du collectif

Instigatrice de l’évènement, l’agence parisienne FF Paris a lancé en amont avec l’IMA un grand appel à projets auprès de plusieurs artistes -plasticiens, écrivains, réalisateurs, photographe. L’originalité de cette oeuvre est qu’elle est construite selon le principe du « cadavre exquis ». Dans ce procédé, inventé par le mouvement artistique des Surréalistes, chaque oeuvre répond à la suivante, sans tenir compte de la réalisation première. Seuls les bords de l’oeuvre précédente sont communiqués au créateur. Ce dernier a alors le libre choix du support mais doit se conformer au format représentant un moucharabieh.

Work in progress

Au final ce sont 240 réalisations -peintures, photos, sculptures, dessins, calligraphies, graphismes- qui composent une fresque grandiose de 9,60 mètres de large sur 4 mètres de haut. Exposée dans une salle de l’IMA, l’oeuvre progressivement complétée, sera à découvrir au cours de 3 actes. Elle sera ensuite visible dans sa globalité pendant 2 mois, jusqu’au 6 janvier 2019. Le premier dévoilement a eu lieu le 15 mai dernier, le 2ème se déroulera le 18 septembre et le dernier, le 6 novembre prochain durant lequel la dernière pièce sera réalisée en direct par l’artiste.

Jack Lang président de l’IMA, a inauguré l’oeuvre en ces termes : « Je salue l’audace de s’embarquer dans cette aventure qui met à l’honneur les 240 moucharabiehs tout juste restaurés de l’IMA, bâtiment dessiné il y a 30 ans par Jean Nouvel. Tout en sublimant en mouvement la lumière et l’ombre, ils symbolisent 240 paires d’yeux, tantôt ouverts, tantôt fermés. Autant de regards différents posés sur le monde arabe ».

Un sentiment de fierté en interne

Mais l’opération a réussi également à motiver autour d’elle toutes les équipes participantes. Comme le révèle Oliver Lefebvre, Executive Creative Director de F&F Paris et développeur du projet : « A l’interne, cette expérience à but purement créatif et artistique a été fédératrice. D’une part parce qu’on est une agence profondément française, avec toute la diversité que cela implique. D’autre part, car ce projet a extrait nos équipes du contexte purement publicitaire où l’on cherche des solutions créatives pour vendre des produits et résoudre des problématiques de business. Là, ils participaient juste à à la réalisation d’une une oeuvre d’art, permettant même à certains de découvrir ce qu’est un cadavre exquis ». Rien de tel qu’une entreprise artistique pour souder les troupes. « Parce que c’est notre projet  » !

 

Montagut Sacha

Allez plus loin avec Influencia

the good newsletter

LES FORMATIONS INFLUENCIA

les abonnements Influencia