28 janvier 2020

Temps de lecture : 2 min

Occupez-vous donc du climat…

Ils ont entre 18 et 24 ans, sont étudiants en Ile de France, à Bordeaux ou à Lyon et la réforme des retraites, ils sont à 45% contre. Explications.

Ils ont entre 18 et 24 ans, sont étudiants en Ile de France, à Bordeaux ou à Lyon et la réforme des retraites, ils sont à 45% contre. Explications.

L’application s’appelle Student Pop, et elle permet aux étudiants de la France entière de trouver des jobs correspondant exactement à leurs emplois du temps, et à proximité de leurs écoles, afin de ne pas perdre un instant. Lancée en 2016 par Ouriel Darmon, la plateforme évite ainsi à ses jeunes membres de « postuler », un chemin de croix, comme chacun le sait. En revanche, ils sont reçus par les équipes (65 salariés) de Student Pop qui les jaugent « avec bienveillance et sérieux », juge le fondateur… Ensuite, s’ils sont retenus, ils reçoivent des propositions de missions rémunérées à 12 euros net de l’heure, et n’ont plus qu’à accepter ou refuser en fonction de leurs disponibilités…

Appli et société d’études

Student Pop, et c’est le deuxième effet kisscool, dispose vous l’aurez compris, d’un échantillon de 100 000 étudiants précieux, qu’ils peuvent interviewer régulièrement sur des problématiques d’actualité. Cette fois, l’appli-sondagière a interrogé ces jeunes âgés de 18 à 24 ans sur la réforme des retraites… Un sujet lointain pour ces derniers, -que les plus âgés dans la rue n’hésitent pas à mettre en avant dans leurs revendications sur le mode « c’est pour nos enfants que l’on se bat ». 37% jugent que cette réforment est inégalitaire, et que certaines professions sont clairement lésées dans cette réforme.

Le climat plus important que les retraites

Ils estiment que le gouvernement communique mal sur le sujet, à 27%. Pensent à 40% que les syndicats sont plus à même de mener ces négociations, bien qu’ils ne soient qu’un pourcent à être syndicalisés. Concernant la réforme elle-même, 45% de ces derniers se prononcent clairement contre, tandis que seulement 23% y sont favorables, et que 32% n’ont pas d’opinion… Et surtout ne descendent pas dans la rue. Enfin, les étudiants, diants, diants estiment à 30% qu’il serait plus important de s’attaquer en priorité au réchauffement climatique. La jeune génération et c’est normal, est bien plus concernée par la fin du règne du plastique, promise pour 2050, par les informations liées aux incendies en Australie, ou par le poumon sans souffle d’Amazonie… À moins que l’épidémie de coronavirus (Mers-Cov) ne soit désormais le sujet « brûlant » du moment…

Alonso Cristina

À lire aussi sur le même thème

Allez plus loin avec Influencia

the good newsletter

LES FORMATIONS INFLUENCIA

les abonnements Influencia