4 avril 2012

Temps de lecture : 1 min

Numi, les toilettes high tech…

Quelle meilleure réponse à la crise que l’innovation? Même dans des secteurs pour le moins inattendus. Un fabricant américain de toilettes en apporte la démonstration avec un bijou esthétique et technologique qui a séduit le consommateur chinois.

Quoi de plus banal que des «chiottes»? Aux Etats-Unis, le Numi du fabricant Kohler fait la démonstration que l’objet peut être très technologique. Car le dernier modèle du producteur centenaire d’ustensiles de cuisine et de salle de bain est pour le moins différent. On dira même qu’il relève de l’unique.

Vendu quelque 6000 euros, le Numi dispose d’un détecteur de mouvements et d’une télécommande pour tirer la chasse et ouvrir ou fermer une lunette faite en porcelaine et chauffante. Avec son chauffage sur les pieds, son filtre déodorisant, sa lumière de nuit et son système stéréo incorporé permettant de brancher son iPod ou d’écouter la radio, le bijou technologique de Kohler symbolise la puissance commerciale de l’innovation.

Car s’il est fabriqué intégralement aux Etats-Unis, le Numi, capable de vous accueillir au son de notes de piano ou d’une chute d’eau, est principalement vendu en Chine, où les toilettes avec bidet sont prisées. La classe moyenne supérieure et les nouveaux riches de l’Empire du milieu sont friands de high-tech et les toilettes ne font pas exception à leur appétence. Il suffit de regarder la vidéo pour comprendre leur enthousiasme: Numi fait tout, ou presque…

Avec sa valve électromécanique et sa pompe à jet propulsive, les toilettes les plus chères jamais vendues par Kohler, plus encore que la Purist Hatbox présentée à la Fashion Week de New-York il y a six ans, sont également écologiques. La chasse du Numi est économe en eau, beaucoup plus qu’une toilette lambda. C’est avec humour que Kohler, sur sa page Facebook met en avant sa touche verte : en créant un faux groupe des « tireurs de chasse à répétition ». Il y a même une vidéo très réussie pour s’en moquer (ci-dessous).

Du second degré rare dans cette industrie. Mais le Numi méritait bien cela!

Benjamin Adler

La rédaction

Allez plus loin avec Influencia

the good newsletter

LES FORMATIONS INFLUENCIA

les abonnements Influencia