17 mai 2015

Temps de lecture : 2 min

Le numérique est le meilleur ami du chien

Le « pet-sitting » existe déjà, il permet de faire garder ou surveiller son chien par un tiers moyennant rémunération. Aux Etats-Unis, le particulier veut aussi pouvoir surveiller et jouer lui-même avec Médor ou Minette quand il n’est pas à la maison. iPetHomePlay le rend possible.

Le « pet-sitting » existe déjà, il permet de faire garder ou surveiller son chien par un tiers moyennant rémunération. Aux Etats-Unis, le particulier veut aussi pouvoir surveiller et jouer lui-même avec Médor ou Minette quand il n’est pas à la maison. iPetHomePlay le rend possible.

Entre l’Oncle Sam et les animaux domestiques, l’histoire d’amour est une affaire de très, très gros sous. Un chiffre symbolise le poids affectif des chats et chiens dans les foyers nord-américains : en 2015 les dépenses totales de ce marché en constante hausse sont estimées à plus de 50 milliards d’euros. Oui, oui milliards vous avez bien lu. C’est 2 milliards de plus que l’année précédente. Autant dire que chaque innovation permettant aux maîtres de gâter leur compagnon à quatre pattes est au pire applaudie, au mieux réalise un carton commercial. Vendu à 160 euros sur Kickstarter, iPet Companion HomePlay en est encore au stade du crowdfunding, mais son service pourrait bien faire exploser encore un peu plus une tendance naissante.

« Et-si vous pouviez surveiller votre animal domestique sans être à la maison ? Et si vous pouviez savoir qu’il va bien et même être capable de jouer avec lui à distance, sans être là en personne ? ». Vous l’aurez compris iPet Companion vous informe que désormais avec son HomePlay, jeter un œil et faire mumuse avec Médor et Minette est possible. Bon, pour être exacte la conjugaison du verbe être serait plus appropriée ici au conditionnel : le nouveau service ne sera commercialisé pour les particulier que si sa levée de fonds participative atteint l’objectif fixé, soit 150 000 euros.

Le système de surveillance et d’interaction par caméra télécommandée existe déjà depuis 2010 mais uniquement dans les refuges de 26 SPA nord-américaines. Créée d’abord à des fins industrielles par un ingénieur en robotique de Reach-in, la technologie a vite servi aux candidats à l’adoption pour interagir avec leur futur toutou ou chaton. Sur sa page Kickstarter, iPet Companion explique que pour répondre à de nombreuses demandes de particuliers, il veut se rendre accessible au plus grand nombre, dans le monde entier. Pour cela, la start-up de l’état de l’Idaho a besoin d’argent et sollicite donc monsieur tout le monde.

Une connexion émotionnelle à distance

Présenté sur son site web comme le premier jouet interactif en ligne, iPet HomePlay permet « une connexion physique et émotionnelle » grâce à une caméra, une prise électrique et une boîte de contrôle électrique au bout de laquelle pend un jouet. Chaque streaming ou photo capté pendant l’échange online est hébergé sur une page web personnalisée, pour 3 euros par mois. Chaque utilisateur pourra accéder à l’interface sur support desk ou mobile, à lui de choisir ensuite s’il veut la rendre publique ou privée dans son partage de contenus.

Le système possède donc quelques similitudes avec la caméra au pointeur laser Pet Cube mais va encore plus loin dans l’intention d’attention. Il propose également une caméra pour ne pas laisser son animal dans le noir en cas de retour tardif à la maison et des alertes audio si un autre membre d’iPet HomePlay se connecte à votre streaming. La première commercialisation est prévue pour mars 2016.

Adler Benjamin

À lire aussi sur le même thème

Allez plus loin avec Influencia

the good newsletter

LES FORMATIONS INFLUENCIA

les abonnements Influencia