28 octobre 2015

Temps de lecture : 2 min

Numérique : comment Pékin explique son projet sur Twitter

A l’occasion de son 13ème plan quinquennal, la ville de Pékin surprend en optant pour une campagne pop culture diffusée sur Twitter. Une tactique de communication d'ouverture révolutionnaire montrant l’intention des autorités d’améliorer l’image du pays à l’étranger. Et surtout la prise en compte de son plan dédié à la transformation digitale.

A l’occasion de son 13ème plan quinquennal, la ville de Pékin surprend en optant pour une campagne pop culture diffusée uniquement sur Twitter. Une tactique de communication d’ouverture révolutionnaire montrant l’intention des autorités d’améliorer l’image du pays à l’étranger. Et surtout la prise en compte de son plan dédié à la transformation digitale.

Ce 27 octobre, China Xinhua News, l’agence de presse officielle du gouvernement chinois, a diffusé une vidéo relative au 13ème plan quinquennal du pays. Normal puisque ce programme est en cours de présentation en grandes pompes, cette semaine. Ce qui l’est moins c’est sa forme et les moyens employés jusqu’alors improbables. En effet, en lieu et place du film traditionnel, informatif et sérieux, le département de la  » propagande  » de Pékin a produit une vidéo animée, chantée en langue anglaise aux forts accents américains et sous- titrée en chinois. Mettant en scène pendant 3 minutes et demi, des personnages entre hipster et très pop culture -deux d’entre eux ressemblent à Jimi Hendrix et David Bowie. Le tout dans un décor assez baba cool et très occidentalisé avec notamment un combi Volkswagen en vedette. L’occasion d’égrener sur un rythme entraînant et joué à la guitare, les projets du gouvernement pour 2016 à 2020, ainsi que les moyens envisagés pour activer ces directives dans des domaines clés comme le ralentissement de la croissance économique, les réformes sociales et l’environnement. Une pilule douce-amère qui passe gâce au ton décalé et non dépourvu d’auto dérision des personnages qui n’hésitent pas, par exemple, à expliquer que « parmi les contributeurs à ce plan figurent des banquiers, des médecins, des fermiers et même des ingénieurs qui s’occupent du traitement du « caca »… ».

Un plan quinquennal où même la propagande se transforme

L’autre particularité, et pas des moindres, de cette campagne de propagande, quand même très didactique, est qu’elle a été postée sur Twitter, un réseau social pourtant bloqué dans ce pays, via le compte (@XHNews) de China Xinhua News (l’agence officielle du gouvernenment). Des efforts stratégiques et créatifs réussis donc qui laissent à penser que la Chine vise bel et bien à s’ouvrir et informer le reste du monde de ses objectifs. Et ainsi améliorer son image à l’étranger voire conquérir bien plus que les observateurs officiels ou ceux des médias étrangers. Ce que la presse internationale n’a pas manqué de souligner comme The Wall Street Journal ou The Guardian. Mais ce choix de transformer aussi radicalement la prise de parole à propos du plan quinquennal -pourtant le dernier bastion de la propagande pure et dure du pays- montre aussi la croissance inéluctable du soft power en Chine. Et surtout (enfin ?) que les autorités prennent de plus en plus compte de l’impact du digital au sein de leur population… Sans compter que la ritournelle « psychédélique » du film, une fois écoutée, ne vous quitte plus, et ça c’est bien une autre forme de propagande!

Wanna know what China’s gonna do? Best pay attention to the 十三五! See why it matters https://t.co/SgBls5S35A
— China Xinhua News (@XHNews) 27 Octobre 2015

Berthier Florence

À lire aussi sur le même thème

Allez plus loin avec Influencia

the good newsletter

LES FORMATIONS INFLUENCIA

les abonnements Influencia