29 janvier 2011

Temps de lecture : 2 min

Les nouveaux mystères de San Francisco…

Depuis quelques mois, un jeu débuté en 2008 et des plus mystérieux, avec pour terrain les rues de "SF", est en train de sortir de l'anonymat. Les participants sont «accros». Son nom? The Games of Nonchalance, tout un programme… A quand une marque sponsor?

Depuis quelques mois, un jeu débuté en 2008 et des plus mystérieux, avec pour terrain  les rues de « SF », est en train de sortir de l’anonymat. Les participants sont «accros». Son nom? The Games of Nonchalance, tout un programme… A quand une marque sponsor?

Ce jeu interactif ressemble à un scénario tout droit sorti de l’esprit sinueux de David Lynch. The Game of Nonchalance plonge le joueur dans les entrailles de San Francisco et ses œuvres urbaines et artistiques.
Tout commence par une visite dans le Jejuneinstitute, une sorte de centre mi scientologiste-mi raélien, situé downtown. Une première rencontre, «face to face» avec un représentant du lieu plonge les participants dans le jeu. Ce premier contact effectué, le joueur est accompagné vers l’entrée «des artistes» qui donne sur l’arrière-cour.

Et c’est parti pour une première étape de plus de 2 heures qui doit mener le ou les curieux vers un premier indice.Très vite le joueur se rend compte que son premier contact avec le Jejuneinstitute est biaisé et qu’il devra se méfier de tous les personnages ou indices qu’il va croiser ou récupérer…

Le jeu, découpé en 4 étapes disséminées dans 4 quartiers différents, emmène les participants dans une immersion totale de la ville. Des indices ou objets -mais aucune marque- représentés par des dessins muraux, des codes ou des clés, sont à récupérer dans des endroits précis pour mener à bien son enquête. La disparition d’une jeune femme fait aussi partie du scénario. La suite en images…

The Game of Nonchalance est un mélange des années 70, période propice au mysticisme avec les extraterrestres, mais aussi des années 80 et de la naissance du hip hop. Une association de décennies qui crée un univers bizarroïde supporté par des figurants inclus dans le jeu, pouvant aller jusqu’à plus de 200! Des participants déguisés réalisant, selon leur rôle, des performances artistiques ou manifestant dans une ambiance fin du monde. Le jeu dégage une identité forte, bien pensée lors de la création du concept.

Depuis sa sortie, The Games of Nonchalance ne cesse de passionner les habitants de la «Bay» qui n’hésitent pas à l’entretenir au travers de blogs et forums et de le faire évoluer en créant de nouvelles énigmes. Le « word of mouth » et une stratégie virale sont pour l’instant les seules armes permettant au concept d’émerger. Sur le site, une partie e-commerce a été développée avec des tee-shirts, posters et autres cartes représentant le théâtre des opérations.

Cette initiative remet en lumière une tendance de fond: l’appétence de la rue et des consommateurs pour de tels projets, qui replacent l’homme au centre du réel. Les univers imaginaires ne sont pas uniquement en 3D. L’esprit humain est assez puissant pour vivre une aventure chimérique dans la réalité. Il suffit de voir son monde comme une bande dessinée, et le tour est joué…

A quand un jeu mystique dans les rues de Paris? La ville des lumières est sûrement l’une des cités au monde les plus propices pour ce type d’expérience…

Sylvain Bénémacher

La rédaction

Allez plus loin avec Influencia

the good newsletter

LES FORMATIONS INFLUENCIA

les abonnements Influencia